« ils n’ont pas le droit moral à la vie »

Attention, sujet sérieux….Hier soir en surfant sur le net je suis tombée sur cette info improbable, ( tellement que j’ai cru à un fake! ) je vous cite le titre de l’article :

« Une jeune professeure d’Oxford affirme qu’on devrait pouvoir tuer des bébés »

J’en suis restée, si vous me permettez l’expression, le cul sur ma chaise. En gros et pour faire court, cette brave dame ( c’est une femme en plus! j’arrive pas a le croire!) ne propose ni plus ni moins que d’autoriser le meurtre de nourrissons. Dans quels cas? c’est la qu’on plonge encore plus ( si c’est possible) dans l horreur…..Je pensais que cette idée nauséabonde lui était venue pour des cas de maladie grave découverte à la naissance, d’handicap lourd, ou je ne sais quel raison toujours inéxcusable ( parlez a des parents d’enfants atteint d’handicaps, meme lourd, j’en connais pas beaucoup qui auraient voulu les tuer ) mais PAS SEULEMENT!

Cette horrible bonne femme ( je suis polie hein ) parle, accrochez vous, « de tuer des nouveaux nés si ceux si representent un cout trop elevé » ou de les tuer si « ils n’ont pas été désirés » . Quelle belle idée! Vous étés enceinte, vous ne pouvez pas avorter, et plutôt que de faciliter les procédures d’adoptions, on vous propose de tuer ce pauvre bout d’chou. Quand au coût élevé pour la société, ce genre de phrase me reste en travers de la gorge…. la société dépensera  de l’argent pour des prisonniers, mais préférera tuer un enfant a la naissance plutôt que de l’aider a vivre.

Un des autres « arguments » de cette nana est que le nouveau-né n’a « pas encore pu développer d’espoirs, d’objectifs et de reves, il n’aurait donc pas encore de droit moral a la vie. »  Question; a partir de quand un gamin a t’il des espoirs et des « objectifs? » Ma déesse, à deux mois, ne sais même pas encore qu’elle a des pieds, je doute qu’elle ai des objectifs établis ou des rêves pour plus tard, n’empêche que le premier qui s’approche d’elle pour me dire qu’elle n’a pas de droit moral a la vie, je le dépèce. Donc si un gamin développe une maladie handicapante a un an de vie, on peut le tuer sans état d’âme? C’est juste terrifiant!

Cet article me fait froid dans le dos, et amene tellement de questions……. a quel age pour cette femme un enfant à t-il le droit à la vie?  QUI pourrait etre capable d’executer un tel acte?  Quel genre de journal est « The British Medical Journal » pour publier des horreurs pareilles?

Je concluerai ce sordide billet en vous informant que cette paaaauuuvre professeur s’est plainte de « menaces de morts et d’appels téléphoniques lui affirmant qu’elle irai brûler en enfer » Elle a aussi déclaré que « les jours suivant la publication de l’article ont été les pires de sa vie ». J’avoue avoir du mal a la plaindre.

source daily mail http://www.dailymail.co.uk/news/article-2108433/Doctors-right-kill-unwanted-disabled-babies-birth-real-person-claims-Oxford-academic.html
Rendez-vous sur Hellocoton !

Advertisements

12 réflexions sur “« ils n’ont pas le droit moral à la vie »

  1. Pour ou contre l’euthanasie? On revient au même soucis : le droit de vie ou de mort sur un individu « fragile » : coût trop élévé pour la société, la famille, l’espoir pr rien, comment est traité un proche par le personnel médical: des questions qui trotent et qui font mal…mon enfant que j’ai abandonné ou est il…

    Le fait est qu’un bébé n’a pas eu le temps effectivement de développer ce qu’il deviendra. Alors pourquoi pas…c’est comme interrompre une grossesse à 3 mois en France et 4 dans d’autres pays. Pourquoi un bébé de 3 mois et 2 jours devient un être humain et l’IVG devient un meurtre en France alors que dans d’autres pays c’est encore un simple oeuf.
    Qui fixera cet age de raison et d’acquisition de ce droit morale à la vie. Comme d’habitude si on autorise il y aura des abus…

    • Attention, rien a voir avec l euthanasie! Avec l euthanasie, qu’on soit pour ou contre, est la mort qu’une personne demande pour elle même… On ne peut pas décider de la vie ou la mort de quelqu’un…. Qui est venu au monde et considéré comme vivant….. Certes on pourrai débattre de l âge ( foetus compris) a partir duquel on considère que l’enfant est une personne, mais je pense que les divergences se situeraient avant la naissance, et non pas apres….

  2. On ne peut comparer ces pratiques ni aux IVG ni à l’eutha.
    L’IVG, ça dit bien ce que ça dit, c’est pendant la grossesse. La naissance est quand même un événement symbolique. Alors certes on peut dire que pratiquer un IVG sur une grossesse presque à terme revient presque au même que tuer un nouveau-né, et je dirai donc que la frontière se situe à partir du moment où l’enfant est viable hors du ventre.
    A 3 ou 4 mois, il n’est pas viable, alors pour moi ce n’est pas comparable. (Je ne dis pas qu’on doit autoriser les IVG sur les enfants non viables hors du ventre de leur mère hein, j’essaie juste de trouver la différence entre une IVG et le meurtre de bébés nés).
    Concernant l’euthanasie, le contexte est TOTALEMENT différent. Dans ce cas-ci, la personne est au bout de sa vie, et non au début. On a la certitude que sa vie touche à sa fin et qu’elle ne sera faite que de souffrances. La personne en exprime aussi le désire, alors rien à voir avec le fait de tuer des bébés…

    Je trouve que l’idée de cette femme dépasse les bornes, au delà de toutes considérations pratiques, c’est une frontière que l’Homme se doit de ne pas franchir. Si on se met à jouer à ça, on entre dans une pensée utilitariste et la vie humaine sera réduite à des questions terre-à-terre de rentabilité (ce qui est déjà le cas en fait, alors pas la peine d’en rajouter).
    Bonjour les abus et le respect de la vie dans ces cas-là.

    De plus, imaginons un peu la frontière entre ces femmes qui par convenance accepteraient qu’on tue leur bébé et toutes ces femmes qui ne peuvent enfanter et qui doivent se battre bec et ongle pour espérer devenir mère un jour…

    Si on veut en venir là, choisir si un enfant doit naître pour des considérations pratiques, alors autant mettre au point un espèce de permis de procréation demandant de réunir des conditions de stabilité psychologiques et matérielles avant d’avoir le droit de faire un enfant (droit qui serait régulé via l’aide d’un implant par exemple)…

    • Malheureusement, ce « permis de procréation » existe presque ppur ce qui est des couples homos mais c’est une autre histoire. Le pire dans cette idée, qui ne restera je l espère, qu’une idée, c’est que c’est la boite de Pandore. Accepter ca peut ouvrir la porte a bcp d’ autres choses….

      Je me souviens d’ une bd ou la mère du héros est malade, ( lui a été absent très longtemps et ne connait pas les nouvelles règles en vigueur ) donc celui ci appel un médecin qui lui dit qu’il faudrai l opérer. Le héros demande a prendre rendez vous mais ob lui rétorque que sa mère n en aura pas, vu que la machine qui calcule l utilité de la personne par rapport au prix de l opération décrète que ce n’est pas rentable ……

      En gros vous êtes pauvres? Votre enfant risque de coutee cher? alors vous ne le verrez pas grandir….

  3. Vu l’infime quantité de morale dans son discours, peut-on considérer cette charmante dame comme « personne morale » ? Parce si on suit son raisonnement, on devrait pouvoir être en droit de s’en débarrasser, non ? Un volontaire ? Ah trop tard, suis-je bête. Laissez, je m’en occupe …

    Signé : un nouveau papa qui voit d’un mauvais œil les méthodes eugénistes, pour ne pas dire fascistes de cette sal … hum vilaine madame.

  4. Elle les a quand même bien cherchées ces menaces de mort… D’ailleurs j’avoue que je ferai bien pareil! C’est une honte de dire des choses pareilles! Ca revient à traiter les enfants comme des « animaux » et encore… Comme une portée de chatons que l’on noie à la naissance…
    Ce qui me trouble c’est (je suis une scientifique avec un doctorat et tout et tout, j’dis pas ça pour me la raconter, juste pour appuyer un peu mes arguments…) comment les scientifiques sont-ils capables de déterminer qu’à 1 jour un bébé n’a pas d’objectifs? Et comment peuvent-ils déterminer à quel âge les enfants commencent à en avoir?… Ca me faire rire (jaune) d’entendre tout ça alors à 2 mois et 29 jours, ils n’ont pas d’objectifs mais à 2mois et 30 jours soit 3 mois, ils cherchent à attraper leurs pieds donc ils ont le droit moral à la vie du jour au lendemain… Et pour plein de choses c’est comme ca : quand mon fils Axel était petite (3 mois) il a eu pas mal de bronchites, du coup il avait de la kiné respiratoire à faire… C’était affreux, il hurlait et le kiné me disait ne vous en faites pas, il n’a pas mal? Ah bon? Et donc il fait de la comédie? Comment peut-il savoir, un bébé de 3 mois lui a-t-il déjà ouvertement dit : « ne t’en fais pas Doc j’ai pas mal, j’fais semblant… » Moi tout ce que je vois c’est qu’on affirme des choses sur des arguments infondés et qu’on se dit scientifique… Je croyais, mais c’est sans doute la jeunesse qu’une démarche scientifique reposait sur des arguments fondés… Et je constate à mon grand regret que ça n’est pas le cas… Du coup je vais échanger mon Doctorat de chimie thérapeutique contre une maîtrise de lettres…
    Bref je suis certainement longue et confuse, mais cet article m’a vraiment remontée contre cette « professeure »…
    Au plaisir de continuer à te lire

    • De toute façon c’est comme il y a 400 ans, comme les sourds muets ne pouvaient pas parler, on en a déduit qu’ils n avaient pas d’ âme ….. Comme pour la souffrance animale… Ils ne peuvent pas souffrir, être triste, heureux, ou même avoir de la réflexion….. Alors qu’on sait maintenant que certains se suicident… Dans ce domaine la on a toujours tendance a ériger en règle ce qui nous arrange bien malheureusement……

      Perso avec mon homme, on pense que le bb nous ressent bien avant la naissance. J’ai prévu un billet sur l aptonomie justement a ce sujet.

  5. « Je me souviens d’ une bd ou la mère du héros est malade[…] »

    La Guerre Éternelle de Joe Haldeman.

    De rien.

  6. C’est à gerber.
    Ça m’évoque des petites recherches que j’avais fait sur la prise en charge de la douleur chez le bébé et l’enfant. Ce n’est que depuis très recemment qu’on essaie de faire gaffe (et on est encore loin loin loin d’y parvenir)…pendant des siècles on a cru que l’enfant ne souffrait pas. C’est immonde.
    Tiens tu me donnes envie de me replonger dans mes recherches !

    • C’est avec plaisir que je te lirai si tu ecris quelque chose de ces recherches! Perso je l’ai pas mal experimenté dans mon ancien boulot, quand je parlais des chevaux, c’est quelque chose que j’ai du mal a comprendre, comment des gens qui « utilisaient », y a pas d’autre mots, un cheval régulierement pouvaient etre aussi sourd a leur souffrance évidente…. Je reparle des sourds et muets, mais c’est un cas flagrant, ils ne se plaignaient pas, c’est qu’ils ne souffraient pas. ils ne parlaient pas, c’est qu’ils ne reflechissaient pas. En gros, tant que j’ai pas de preuve que ca existe, plutot crever que d’imaginer une seule seconde que j’ai pas la connaissance infuse…..c’est triste….

    • tiens, et cette reflexion se rapproche un peu de mon post sur le fait de laisser pleurer les bébés, qui ne souffrent pas, vu qu’on ne comprend pas….. ils n’ont « pas de raison » de pleurer….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s