J’y arriverai! Chronique d’un début d’allaitement difficile

Encore une fois, la déesse se tape la tête contre mon sein en hurlant, il est 2h du mat’, j’essaye de la rassurer, au bout d’un moment je chiale aussi, il est 2h du mat et j’attend que la puer’ vienne à ma rescousse pour la 10éme fois de la nuit.  La puer’ débarque, et hop c’est parti, on essaye une autre position, on calme la déesse, je m’allonge/me met assise sur le lit/le fauteuil, bref tout le kamasutra de l’allaitement y passe. La déesse hurle de désespoir. Au bout de 10 minutes de bagarre, elle me pince le sein comme pas possible, je serre les dents, à la fois soulagée et saisie par la douleur. Elle secoue la tête avec le sein dans la bouche, la puer’ la tient, elle fini par se calmer, téte 5 minutes, puis épuisée, se rendort. Jusqu’a la prochaine fois, dans 40 minutes, ou ça va être tout pareil.

Autant mon accouchement s’est passé comme sur des roulettes, autant l’allaitement, j’en ai chié mais alors quelque chose de correct. Déjà, la déesse à preferé me faire des sourires et se blottir contre moi à son arrivée dans le dur monde réel plutot que de « ramper en direction du sein » comme on m’a expliqué en aptonomie. Sans la forcer, j’ai fini par la mettre la tête dessus, mais elle en avait pas grand chose a faire ^^

Sur le coup, bon, j’étais assez contente, ma déesse naît, et préfère regarder sa maman plutôt que se goinfrer, la classe!

J’arrive dans ma chambre, il est midi et demi, et elle ne va rien réclamer de la journée. On me demande comment je compte la nourrir, allaitement, biberon, ou mixte? (faudra qu’on m’explique pourquoi le mixte?!? j’ai jamais compris) Et je répond bien évidement allaitement. Ça m’a toujours semblé logique et naturel, et mon chéri me soutien. La puer’ me dit qu’on a le temps,  qu’il faut que la déesse se pose, certains bébés prennent leur temps avant de manger. On s’inquiete pas donc.

La premiere nuit arrive, mon chéri repart. On me dit d’apeller des que la déesse se réveille, qu’on essaye la mise au sein.  Elle me réveille de temps à autre mais ne réclame pas. On me dit que c’est normal, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Il faut lui laisser son rythme. (quand je vous dit que cette mat’ est vraiment géniale).  Le lendemain, pareil, elle est gentille, dort, se calme avec des calins, j’essaye a chaque fois de la mettre au sein, mais comme je n’ai jamais allaité de ma vie, je ne sais pas trop si ça marche ou pas…..à quoi ça ressemble la « bonne » sensation?

Pour la deuxième nuit, je vous assure que j’ai découvert le vrai sens du mot « essayer ». Chaque heure, elle se réveille, et rale. Chaque heure j’appuie sur le bouton. Chaque heure elle se tape la tête sur mon sein. Parfois on réussi a lui faire prendre une 15aine de secondes. Parfois elle se rendort. Moi je cupabilise de pas pouvoir nourrir la déesse. Dans ses selles, il y a encore du méconium, du coup, ça pourrait expliquer pourquoi elle ne mange pas. Oui, sauf qu’elle commence a avoir faim, et je ne sais pas quoi faire. Mes bouts de seins qui étaient bien sortis avant l’accouchement sont complètements aplatis avec ma montée de lait.  Mes seins me font mal, voir la déesse désespérée encore plus.

On va essayer les bouts de sein en silicone, la position allongée, la position en ballon de rugby, pincer mon sein, malaxer les bouts pour qu’ils soient plus faciles a prendre, rien ne marche. Ca fait trois jours et la déesse ne mange toujours pas. Je commence a désespérer d’y arriver. Oui j’ai envie de l’allaiter, mais j’ai de plus en plus l’impression que à m’obstiner je suis en train de l’affamer. Mon chéri me soutient, l’équipe me soutien. On tire mon lait, et on essaye de  »ruser » on lui en donne une goutte au bib à préma et on la met sur le sein quasi instantanément. Ça ne marche pas. On lui en fait couler dans la bouche pendant qu’elle est sur mon sein. Ca ne marche pas non plus. Elle se rendort, l’estomac vide.

La troisiéme nuit, elle fini par commencer a têter. C’est une grande victoire pour  moi, je réussi a la mettre au sein toute seule. Elle tête un quart d’heure, je suis très fiere. Elle va recommencer plusieurs fois. Je me pense sauvée. Ca tombe bien, c’est le lendemain qu’on doit repartir.

Le lendemain, au bain, la puer’ (encore merci Françoise) me dit qu’elle n’a toujours pas repris de poids. Elle est née a 3.4kg, elle est tombée a 3kg ce matin. Je ne comprend pas, elle a tété toute la nuit. La puer’ n’est « pas inquiète » mais préfère faire une tété-pesée avant de nous laisser partir. On repart dans la chambre, mon enthousiasme est parti. Il est 9h, on commence à attendre qu’elle se reveille.

A midi, rien. 13h, toujours rien. On décide de la réveiller. Et là commence le stress pour nous, jeunes parents:

La déesse ne se réveille pas.

On la papouille, on la gigote, on lui parle, on la « secoue » (doucement, hein ^^) on la bizoute. Elle ne réagit plus. C’est une frayeur énorme pour moi et mon chéri, et une grosse boule nous prend la gorge. Elle fini par remuer légèrement avec l’aide de la puer ». On la met au sein. 5 minutes après elle se rendort. Verdict de la pesée tété: elle a pris 20 grammes. Conclusion: toute la nuit elle a usé plus de calories a téter qu’elle n’en a gagné avec mon lait. Bref, a chaque tétée elle s’affaibli, et là, on peut dire qu’il y a plus personne.  là je tiens encore a dire merci a l’équipe et à Francoise, j’ai eu des témoignages d’autres mat’ où dans ces cas la, on aurai dit a la mere que vu la situation, il ne fallait pas s’entêter, que c’etait pas ce qui convenait au bébé. Non, la, on m’a aidé.

Déja on a défait les bagages, on reste un jour de plus. On a tiré mon lait, et mon chéri lui a donné au bib. Enfin, lui a donné….on l’a gavé au bib. Plusieurs fois. Et le soir, apres plus de 12h sans réaction, elle a fini par rouvrir les yeux.

Quel bonheur!

Elle a commencé a téter sérieusement le soir, avec plus d’entrain. Le lendemain, elle a repris 100 grammes!!

On rentre a la maison le lendemain, et je commence a mettre en place mon allaitement a la maison. ça sera pas tout les jours facile, mais j’aurai fait le plus dur.

Ce que je voulais dire avec cet article, c’est que souvent, on me dit « je n’ai pas pu allaiter » ou  » ça n’a pas marché ». Je pense qu’il faudrait dire « on ne m’a pas soutenu » ou ‘j’ai pas été assez bien guidée ». Je ne dis pas qu’il n’y a pas de « vrais » problèmes, et mon « coup de gueule » n’est pas contre les mères, mais contre les équipes et l’entourage médical ( sauf la mienne si vous avez bien suivi ^^ ) Mais je pense qu’il y a beaucoup de circonstances dans lesquelles avec le soutien adéquat, on peut réussir à allaiter malgré tout. Pour ma part, j’aurais été dans une mat’ avec une équipe moins à l’écoute, je serais « passée » au biberon, surtout au bout de quatres jours, la mort dans l’âme, et j’aurais dit moi aussi:

« j’aurais bien voulu allaiter, mais j’ai pas pu » 

Et en fait j’aurais pas eu tord. J’aurai « pas pu ». Mais pas à cause de moi ou de mon corps. Et je l’aurai regretté.

Cet article est dédié à Francoise Portos, la sage femme sans qui rien n’aurai été possible. 
 
 
 
 
 
 
Et l’histoire s’est finie aujourd’hui 🙂 vous pouvez connaitre la fin <<ici>>
Advertisements

41 réflexions sur “J’y arriverai! Chronique d’un début d’allaitement difficile

  1. Quel beau témoignage! Votre détermination est superbe et inspirante. Je vous souhaite des mois de bonheur avec votre allaitement. Et votre coup de gueule à l’entourage est tout à fait justifié. Je m’empresse de partager ce précieux texte.

    • je viens de lire ma tentative d’allaitement… la même chose. sauf que moi j’ai sombré…
      j’ai « allaité » une semaine (avec des crevasses que même mon gynéco n’avait jamais vues) et j’ai arrêté à force de pleurer à chaque fois que mon loulou tétait 30 secondes pour mieux cesser… et se rendormir.
      et puis j’ai filé le bib, CE bib tant détesté mais qui faisait que mon bébé « mangeait » et prenait du poids.
      et puis j’ai appris, j’ai lu moults témoignages et là j’ai regretté de ne pas voir insisté. Si j’ai un p’tit deuz je l’allaiterai ! ça c’est sûr !

  2. Et ben, c’est pas la première fois que je lis que l’allaitement est parfois difficile ! J’espère que d’ici là ça marchera pour moi.
    En tout cas courage et bravo pour ta détermination !
    Un autre blog que je suis, où la maman qui le tient a galéré aussi à la maternité pour pouvoir allaiter : http://blablabulle.over-blog.com/article-allaiter-a-se-fait-pas-les-doigts-dans-le-nez-99995599.html

    Je pense que quand mon tour viendra, j’essaierai de choisir une maternité « ami des bébés », pour m’assurer d’être bien encadrée.
    De toute façon j’aimerai choisir une bonne maternité, qui propose une médicalisation minimale de l’accouchement (quand c’est possible) et puis je crois que j’aimerai accoucher dans l’eau !
    On verra. J’attends avant de me poser trop de questions (enfin j’essaie). Mon tour viendra 🙂

  3. Le début de ton histoire ressemble énormément à la mienne… sauf que je suis passée au biberon dès le 3e jour à la maternité. Je leur ai demandé de me laisser une nuit de plus car ils me l’avait proposé dès le 2e jour.
    J’ai tenté de tirer mon lait pendant 1 mois, faisait aussi 1 tétée tous les soirs, mais pour tirer 5mL, j’ai finalement perdu espoir. Ma fille s’énervait sur le sein car ça ne coulait pas assez, voire pas du tout. Et la culpabilité est bel et bien là…
    Pour mon deuxième (prévu fin juin), je vais retenter l’aventure. Je suis maintenant plus renseignée que la première fois. Il y a 5 ans, la sage femme disait que de toute façon c’est naturel et qu’il n’y a rien à faire… donc je n’avais rien fait, juste attendu les montées de lait.
    Ton histoire fini bien, et ça me motive encore plus à tenter à nouveau, tout en sachant que ça pourra encore être difficile.
    Merci pour ce témoignage !

    • J’epere de tout coeur que tu pourra y arriver! si seulement les gens pouvaient etre plus « au courant » et essayer de soutenir les femmes qui veulent allaiter, plutot que de leur proposer « la facilité »…; Je te conseille aussi de te mettre en relation avec la leche league, ils sont vraiment aidant. J’ai meme vu qu’il existe des techniques pour ruser si on a pas de montée de lait: il s’agit d’une « poche » comme pour une perf, dans laquelle on met, faute de mieux, du lait artificiel. Il y a un petit tuyaux qui en sort, qu’on scotch a coté du mamelon. On met le bébé au sein, il va le machonner, et le lait va lui arriver dans la bouche (mais par le tuyaux!) Comme ca, le bébé ne perd pas le reflexe de succion, et surtout, la montée de lait est stimulée par la succion, donc ça peut finir par débloquer le truc! Ca s’apelle le DAL dispositif d’aide a l’allaitement 🙂

  4. bravo, vraiment bravo d’avoir tenu bon et bravo a la SF qui a été présente pour vous, c’est une très belle histoire et j’espère que de nombreuses futures mamans prendront comfiance en lisant tes mots, merci de ce partage !!!

  5. Alors moi ce que je voudrais dire, c’est plutôt le contraire ! A la mat’ pour mon deuz on m’a carrément forcée à allaiter alors que j’avais annoncé dès le départ, en connaissance de cause, que je voulais du mixte (bib la nuit, sein le jour), j’avais besoin de « dormir » la nuit, avec un gnome de 1 an qui me gravitait autour…
    Elles n’ont jamais voulu me donner de biberon et sont venues je ne sais combien de fois mettre le petit à mon sein (qui n’avait pas de lait pendant tout le séjour) ou l’emmailloter. Et moi je devenais folle de l’entendre hurler, ces pseudo-vacances m’ont trop épuisée !!!
    Je suis partie de la mat contre l’avis des puers car BIEN SUR mon fils avait maigri, vu qu’elles m’interdisaient de le nourrir… Je n’avais qu’une envie, lui donner un bib de lait maternisé afin qu’il arrête ses cris stridents !
    Elles m’ont dégoûtée de l’allaitement !!!

  6. Bonjour, merci pour ton partage! c’est super d’avoir ete soutenue par l’equipe de la mater! pourrait tu me dire dans quelle maternité tu a été?

    Merci

  7. pas mal ton article, cela montre qu’il faut laisser quelques jours à la maman et au bébé pour apprendre l’allaitement. Et les soutenir. 😉

  8. Bravo pour l’entêtement ! Je n’ai pas connu ce « désespoir de la mise au sein », j’ai le modèle morfalou ^^ Et bravo à l’équipe qui t’a entourée car leur rôle et place sont vitaux.

  9. Je vous félicite d’avoir tenu bon et quelle chance d’avoir été bien entouré par une équipe qui s’y connaissait en allaitement ! Les personnes formées à l’allaitement ne sont pas encore assez nombreuses, le biberon à pris le dessus bien rapidement !
    Quand ma fille est née il y a 6 mois et demi, elle n’a pas voulut du sein elle non plus et elle a attendu le soir pour téter (elle est née à 9h20du matin). Heureusement pour moi tout s’est bien passé, même si les 10 premiers jours ont été très douloureux (bien que d’après les puéricultrice je la mettais dans la bonne position). Aujourd’hui elle est toujours au sein et tout se passe formidablement bien !
    La maman qui partageait la chambre avec moi par contre a eu moins de chance. Son bébé refusait son sein et elle devait tirer son lait pour le lui donner au biberon. Peut-être que les choses aurait pu se passer autrement pour elles….
    En tout cas oui, il faut être bien entourée si on décide d’allaiter, car on ne sait jamais ce qui peut se passer. Si ce n’est pas par l’équipe médicale de la maternité, il faut pouvoir appeler sa sage-femme ou une association de soutien comme la Leche league mais il en existe d’autres.

  10. bravo ! moi c’est la montée de lait qui a tardé… ils ne m’ont laissé sortir que lorsque je leur ai dit que je laissais tomber l’allaitement : selon eux je n’avais pas assez de lait et je n’en aurai jamais assez. Je suis rentrée, j’ai appelé mon médecin traitant et je lui ai demandé de nous suivre. J’ai lutté 2 semaines car loulou avait pris l’habitude d’être gavé au bib. Finalement j’ai allaité 18mois, dont 6 en exclusif. Oui l’allaitement c’est pas toujours facile au début, mais si on avait pas le choix ?

  11. Bravo a toi d’avoir perséverer, ton témoignage ressemble a ce que j’ai vécu (un enfant qui ne voulait pas téter, ne prenait pas de poids donc sorti de la mater repoussé, pesé avant/après la tété, a ne pas faire car cela met encore plus de stress, tirer mon lait a mater il y avait pas grand chose, il a était complété par du lait artificiel a la mater et là j’ai beaucoup pleurer…..pas de soutien des aux.puer, mais en rentrant a la maison c’est rentrer dans l’ordre, il s’est mis a prendre le sein, j’ai sollicité la PMI et le relais naissance et là je leur dit un grand MERCI……), le plus dur c’est la mise en route de l’allaitement, il faut bien 1 mois ou 2 pour se sentir a l’aise, pour l’allaitement on oubli de dire que c’est dificile, que cela peutètre fatiguant, il y a des moment ou l’enfant va téter toute les 5 min ou toute les 3,4 heures, je te souhaite une bonne Continuation

  12. Sa me rappelle des souvenirs j’ai commencé comme toi sauf que moi ma fille n’a jamais réussi a prendre le téton ! donc j’ai du arrêter !

  13. Ce témoignage est tout simplement magnifique, il m’a mm fait pleuré (pourtant, mon bébé a deja 7 mois, 7 mois d’allaitement !! )! mille fois félicitations à vous et aussi a l’equipe medicale, moi aussi, je partage !

  14. super aventure et récit.je me retrouve beaucoup dans ce que tu dit.et suis tout a fait d’accord avec toi.
    – premièrement: pour les équipes qui ne sont pas assez formées.qui ne prodigue pas ou peu les bons conseils.tu as eu la chance de tombé sur une équipe super.moi pas où en tout cas sur le personnel qui se foutait de l’allaitement!!carrément ça existe et je trouve ça honteux.professionnel de santé c’est accompagné sa patiente et lui prodigué les soins qui lui conviennent en respectant ses choix!!!!! professionnel de santé moi même, je ne comprend pas que ça ne soit pas le cas!les 2sages-femmes ont agis selon LEURS convictions et jugement.chose a ne pas faire pour une prise en charge adaptée enfin il faudrait leurs apprendre leurs métiers!!!!
    et deuxièment: pour le fait que si on est pas soutenue par le papa et parfois amis ou famille, on peut vite se sentir désespérer! moi merci mon chéri et ma meilleure copine sur ce coup là qui m’ont aidera tenir le coup aussi!

  15. je dois dire que je n’ai pas eu de gros probleme pour mon allaitement…. mais je trouve que votre article sonne juste et que effectivement, si on n’est pas aidée et suivie et soutenue dès le début c’est très très difficile. alors le moindre petit soucis pour une nouvelle jeune maman devient vite insurmontable.
    j’ai accouché à valenciennes à monaco (hopital public) et franchement je remercie toute l’equipe qui a assuré (AVANT ET APRES)

  16. Ma-gni-fi-que exemple de ce qu’un entourage efficace et compréhensif, respectueux de la maman comme de son enfant, peut donner comme résultat. Moi j’ai eu l’inverse, les seules personnes que j’ai vues m’ont dit que je n’y arriverais jamais, que ce soit la puéricultrice ou les sage-femmes. Mais bon, comme je suis têtue, une fois partis de la maternité, mon petit bonhomme et moi on s’est finalement trouvé un terrain d’entente, et je l’ai allaité 6 mois, comme je le voulais dès le départ… Bien sûr, avec des hauts et des bas, surtout pendant les poussées de croissance (ça non plus, personne ne m’en avait parlé!), mais au final on y a trouvé notre bonheur tous les deux, et ça, c’est le principal!
    Des articles comme ceux-là, on devrait les faire étudier à tout ce personnel hospitalier si prompt à poser un jugement définitif qui décourage tant de mamans!
    Merci pour elles, en tous cas!

  17. J’ai l’impression de revivre mon « allaitement » en vous lisant (bébé qui dort, qui perd du poids, qui me fait terriblement mal qd il daigne téter). Et une fois seule à la maison, naîve, je pensais que tout s’arrangerait mais je ne suis jamais parvenue à la faire téter. J’ai du tirer mon lait mon lait et lui donner au bib. Jusqu’à l’engorgement, la lymphangite et les 40° de fièvre. Ma fille n’avait que 2 semaines, je devais en plus enterrer ma belle-mère ( et soutenir mon homme) et j’ai lâché prise. Quel mauvais souvenir cette période. Et 3 ans plus tard, je ressasse encore cet allaitement foireux, pourquoi n’ai-je pas réussi ? Pourquoi n’ai-je pas tenu bon ? 😦

    • Avec tout ce qui vous est arrivé, je pense que vous n’avez aucunement a vous en vouloir! Les circonstances ont fait que vous n’avez pas pu, et avec les meme circonstances, je pense qu’on serait nombreuses a ne pas « tenir bon ». Il faut reconnaitre que nous ne sommes « qu’humaines », parfois les circonstances font que c’est au dessus de nos forces. Mais ce n’est pas raté pour autant, avec autant de volonté. Ce que je denoncait c’est les gens qui vous font arreter en cupabilisant, avec le manque de lait, le lait soit disant non nourrissant etc…. A vous lire, je suis persuadée que vous avez fait de votre mieux.

  18. super article!
    je suis vraiment d’accord avec ta conclusion, j’ai failli louper mon second allaitement à cause d’une partie de l’équipe médicale et de mon manque de confiance en moi!

  19. Bravo d’avoir persévéré, bravo à l’équipe qui t’a entouré. Un allaitement n’est pas toujours facile à mettre en place, c’est sûr, et bravo d’y être arrivé malgré ces embûches.
    Ici, je ne pourrais pas me plaindre, tout est allé comme sur des roulettes dès les 1ères heures pour les 2. Mais pour continuer au delà de la maternité il faut avoir foi en soi.

  20. Tu as tout dit je crois: ne pas pouvoir allaiter, hormis quelques cas très précis et rarissimes, c est une question d information et de soutien. Le corps est prévu pour, et si l allaitement était aussi insurmontable alors l espèce se serait éteinte bien avant l ère de Gallia et consort.

    Ici, ma fille a 13 jours. Elle a très bien tété de suite mais on a eu une phase comme la tienne après la montée de lait: elle n arrivait plus à prendre le mamelon car mes seins avaient changé de forme. C est finalement son papa qui a trouvé la solution : tout tenait à une mauvaise position, à peine quelques petits centimètres qui l empêchaient de garder le sein correctement. Et elle hurlait ma

    • (pardon, suis sur iPhone^^) Elle hurlait de frustration et je ne savait pas comment faire pour la calmer…et puis on a compris le truc et depuis c est impeccable.

      Bon par contre j ai eu la chance de ne pas vivre ta frayeur car des le 3 eme jour à la maternité, elle avait repris 150 gr après la perte normale des 10% et on est même sorties en avance.

      Quoiqu il en soit oui, l allaitement c est un apprentissage pour la mère et pour le bébé, mais tout le monde en est capable, si tant est que les informations données soient adaptées , justes, et non orientées. Bravo pour ta persévérance en tout cas 🙂

  21. Pingback: L’allaitement, oui, mais comment ça marche en fait? | OlympusMom

  22. un grand bravo pour ta force de maman (et au papa qui ta soutenu)!

    pour mon histoire, quand la petite est née elle a rampé jusquau seins mais na pas voulu miam ^^ après quelque heures de calinou, ils ont fait les soins et elle cest re endormi…. tout le jour… toute la nuit…. et javais mal (je suis sur que tu sais de quoi je parle ^^). Une SF est venu a pris la petite me la colé au sein et rien… une autre SF plus tard… toujours rien…. et puis finalement (après conseil dune amie, que je remercie au passage) je me suis massé sous la douche histoire de diminué le volume de mes seins qui était dure comme du beton, jai fait du peau a peau avec ma ptite elfe, ne lui collant pas le mamelon dans la bouche, mais seulement en la titilant et là miracle elle a tété après 2jours sans rien miam! le soulagement, je pleurais en meme temps quelle se régalait, jétait si fier davoir réussi (malgré les douleurs) . et puis finalement après elle a recommencait a ne plus rien miam 😦 je pensais aussi ne plus partir de la mat’, jai appelé a la rescous la SF qui nous avez donné des « cours » sur lallaitement, une femme supra génial, on a discuté toute les trois (elle, bébé et moi) après plusieur position jai enfin réussi a trouver celle que la ptite princesse trouvait a son gout!

    Je suis daccord que la plupart des mamans qui arrete cest par manque de soutien, comme si allaiter était evident, c’est naturel cest sur, mais comment savoir avant de connaitre, dans un monde occidental où le biberonnage est devenu la normalité, les jeunes mamans sont perdu et normal!!!!! Merci a toute ses SF qui nous aident et prennent le temps pour maman et bébé!!!!

    Courage a toute celle qui ont un debut difficile, arès cest que du bonheur^^

  23. bravo à toi pour avoir tenu… et bravo à ta maternité !!
    Récit très émouvant, pour moi pour qui tout s’est si bien passé, je trouve toujours ce genre de témoignage très difficile… et en même temps encourageant !

  24. Ca me rappelle vaguement un truc pour l’allaitement de mes jumelles, lol, sauf qu’à force de dire tout et son contraire (ben oui dans l’équipe personne n’était d’accord, on leur avait même donné un biberon avant de me les ramener dans la chambre) j’ai fini par faire ma grosse crise existentielle!!!!! Le truc bien ça a été de rentrer chez moi: plus personne à écouter, j’ai loué une balance (plus à cause du stress qu’autre chose, pesée tous les matins) et l’allaitement a duré 18 mois sans pb, le 1er mois elles avaient prit 1.5 kg chacune (au début on voulait pas me laisser sortir de la clinique parce qu’elles avaient pas assez prit) moi je pensais pas avoir assez de lait pour 2 (suite à ce qu’on m’avait expliqué à la mater)…. Une seule sage femme m’a écouté et bien expliqué, c’est celle que j’avais décidé d’écouter, je ne regrette pas mon choix même si pendant plusieurs mois le stress de bien faire est resté :)))

    • ouaou, félicitations pour avoir allaité tes jumelles si longtemps! J’en reviens pas qu’ils leur aient donné un biberon….sans te demander ton avis si j’ai bien compris?

  25. Tu es tombée sur une super équipe !!!
    L’allaitement, c’est pas si facile que ça. Loin de là. Je n’ai pas eu la chance de tomber sur des gens aussi compétants, sauf UNE seule personne. Heureusement, soutenu par le papa, on a pu mettre en place l’allaitement, mais que ça a été dur…

  26. Pingback: Je ne suis plus une militante. « OlympusMom Magazine

  27. Pingback: J’y suis arrivée [Chronique d'une fin d'allaitement difficile] « OlympusMom Magazine

  28. Merci pour cet article qui me rassure à quelques jour de la grande rencontre !
    Et oui en France comme l’a dit la sage-femme en cours de prépa, le Mouvement de Libération des Femmes a fait beaucoup de mal à l’allaitement. Du coup il est compliqué de trouver des conseils, même parmi le personnel soignant !
    Bref, quand je dis que je veux allaiter, on me répond « je te souhaite que ça marche » car ça ne semble pas être une évidence pour tout le monde. Mais quand on sait que dans la plupart des pays les femmes allaitent en très très grande majorité (90% en Suède !) les discours du style « mon bébé ne veut pas », ou bien « mon lait n’est pas assez ceci ou cela » ne tiennent pas la route une seule seconde… Le vrai problème c’est l’accès à l’information et donc aux bons conseils.
    Le dernier bon conseil reçu fut « Fais le plein de surgelés, détends-toi, repose-toi, c’est le papa qui s’occupe de tout et toi tu récupères de l’accouchement pour pouvoir allaiter. Tant pis si c’est Bagdad à la maison pendant un temps certain. »
    Alors pas de doute, j’allaiterai.

    Cherchons l’info et prenons le pouvoir sur nos vies 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s