Aujourd’hui, j’aurais du t’abandonner

Aujourd’hui, j’aurais du me lever pour autre chose que T’embrasser. Aujourd’hui, j’aurais du Te laisser. Aujourd’hui, j’aurais du finir de te sevrer. Aujourd’hui, j’aurais du être soulagée et heureuse de retrouver « ma liberté ». Aujourd’hui, j’aurais du me féliciter de ne plus avoir à être une femme au foyer. Aujourd’hui, j’aurais du, pimpante et enjouée, retourner travailler.

Mais je suis à la maison. Je me suis levée encore trois fois cette nuit pour toi. Y a aucune boite de lait en poudre dans les placards, et le biberon « au cas ou » est toujours dans son placard. Tu as pas encore trois mois, et, ma déesse, j’aurai du aujourd’hui partir, te laisser avec une inconnue. J’aurai même du etre soulagée, il parait. Retrouver les collégues, et tout et tout.  Comme si s’occuper de toi etait un enfer sans nom. Comme si j’avais « tiré mon temps ». Voila, les trois mois sont passé, vous avez fait ce que vous avez a faire, maintenant, faut retourner bosser.

Et bosser pour moi, c’est dire bonjour a des gens qui te répondent une fois sur deux. Sourire alors que j’aurai voulu être près de toi. Demander aux clients leur carte de fidélité en ne pensant qu’a toi.  Passer 10h loin de toi sans savoir si tu vas bien, si tu as bien dormi. Me sentir triste d’avoir du arrêter de t’allaiter.

Pour l’allaitement, j’aurai eu droit a une heure par jour pour tirer mon lait.

Dans une  journée de huit heure, tu fais encore 4, 5,6 tétés? Peut être plus, vu que tu manges à la demande. Qui peut croire qu’en tirant mon lait deux fois par jours j’aurai pu continuer a t’allaiter exclusivement? J’aurais du m’enfermer dans un coin, pour tirer mon lait.  J’aurai du trouver une nourrice ou une crèche qui accepte de te nourrir a la seringue, ou a la tasse, pour pouvoir continuer a te donner le sein le soir. Sinon, en quelques semaines, habituée au biberon, tu te serai détournée du sein progressivement. De toute facon, pour « tenir le coup » j’aurai du passer au lait artificiel au moins pour la nuit, et rajouter de la farine pour te gaver et me laisser faire mes nuits.

J’aurais du te reveiller a 7h du mat pour t’amener ailleurs que dans ta chambre, ou tu as tes reperes. Apres tout, tu as bientot trois mois, tu es une grande maintenant.

J’aurais du me résoudre à ce que tu finisse par passer plus de temps avec quelqu’un d’autre que moi ou ton papa.

Je ne veux pas.

Aujourd’hui, c’est le premier jour de mon congé « accueil du jeune enfant ». Jusqu’en octobre, je suis en « sursis ». J’ai le « droit » de continuer à m’occuper de ma déesse. Je vais toucher royalement 560euros par mois à priori….si tout se passe bien.  Tu es ma déesse, je t’ai voulue, je t’aime et je devrai t’avoir attendue 9 mois pour te lacher au bout de trois?

On va me dire que c’est déjà bien. Que travailler est un droit. L’indépendance tout ca. Qu’il ne faut pas être esclave de ses enfants. Que l’ére de la femme au foyer est révolue, que maintenant, on peut prendre sa vie en main et travailler.

Je suis désolée, mais j’en ai rien a fouttre.

Ma vie, c’est Elle. Et mon chéri-mari. C’est pas le travail. Même si je faisais encore un travail qui me plaisait, y aurai même pas de comparaison a faire avec les moments avec la déesse.  Je suis a son service oui. Si y en a qui voient çà comme de l’esclavage, tant mieux pour eux. Quand elle a besoin de moi, je veux être la. Quand elle pleure, je veux la prendre dans mes bras. Je veux lui donner le sein avec amour. Je veux me réveiller pour elle aussi longtemps qu’elle en aura besoin. Je veux la laisser dormir quand elle le veux. Je veux lui laisser le temps d’arriver dans notre monde.

La liberté du travail pour moi, est une fausse liberté. On part du principe que la femme est libre parce qu’elle a un salaire. Oui; dans le cas ou il y a séparation. Je suis d’accord. Mais c’est oublier qu’il y a des couples solides. Oui ça existe. Dans notre couple, chéri-mari gagne plus que moi. Il « subvient au besoin du ménage » pour l’instant.  Je ne me sens pas coupable. Je fais ma part du travail. Je ne « travaille » pas ( officiellement en tout cas……comme si y avais rien a faire a la maison …. ) mais je ne me sens pas à son service, non tout va bien merci. Il n’a pas « d’emprise » sur moi. Je n’ai renoncé a rien en ne travaillant pas ( si ce n’est de l’argent pour le COUPLE et non pas uniquement pour moi.) et certainement pas a ma liberté.

Oui, si demain, la tout de suite, je voulais le quitter, ca serai quasi impossible. Je dis quasi parce qu’il y a toujours une solution. Je l’ai déjà fait par le passé avec un salaire de 500euros, mais ce n’est pas le sujet.

Si je voulais, je pourrais. Certes.

Mais si je ne veux pas? La liberté pour moi, c’est pas de travailler pour pouvoir être indépendante. Si j’avais voulu être « indépendante », je n’habiterai pas avec l’homme que j’aime. Je ne me serais pas mariée, et je n’aurais pas voulu avoir la déesse.

Je me sens triste de voir que la seule liberté maintenant est de quitter ou non son conjoint.

La vraie liberté, pour moi, serai de pouvoir décider ou non d’être femme au foyer. (oooooh j’ai dis un gros mot la…..)

J’ai jusqu’à octobre pour trouver une solution pour pouvoir élever cette déesse que j’ai voulue et que j’aime. (si vous avez des idées pour bosser de la maison, je suis preneuse, hein. Si vous voulez me faire une donation, ou me sponsoriser, je suis partante aussi)

      

Entre ces deux horizons, j’ai fait mon choix.

Je t’aime ma Déesse.

a signer: http://www.tendance-allaitement.fr/rallongement-du-conge-maternite-post-partum-afin-de-favoriser-lallaitement-maternel-en-france/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

46 réflexions sur “Aujourd’hui, j’aurais du t’abandonner

  1. bravo !!!! c’est beau et tu connais ma situation 🙂 !!!!!
    non ce n’est pas arriéré que d’etre maman au foyer, d’etre à la maison est un vrai metier, pas reconnu mais cela n’empeche que voilà ça existe et des couples soudés ça existe aussi, nous ne sommes pas dépendantes, ni des esclaves, c’est un choix de vie que nous faisons pour nos familles !!!

  2. Oh comme je suis d’accord!!!! Bon je ne parlerai pas d’allaitement vu que j’étais une maman bib (oui mes enfants ont 4 ans_dimanche_ et 6 ans, donc c’est du passé!), mais pour le reste je pense tout pareil!
    Moi aussi avant mon 1er loulou j’étais caissière, et j’ai très vite fait le calcul (pas seulement financier!) quand il a fallu choisir entre retourner bosser là-bas, et rester avec mes loupiots….Moi aussi j’ai choisi d’être MAF, et c’est là ma liberté…. Tant que ça ne me pèse pas, qu’on n’a pas de grosses difficultés pour vivre comme ça, je continue, parce que quand je prends du recul, je me rends compte que c’est là ma place, en tout cas pour le moment!

    (et moi aussi chuis preneuse d’idées pour bosser de chez moi, on sait jamais!^^)

    • je croise les doigts avec toi alors (pour le boulot 🙂
      c’est vrai que ca m’enerve un peu quand on me parle de liberté, la ou j’ai l’impression que c’est le diktat du travail. Celles qui veulent retravailler, qu’elles le fassent! mais qu’on puisse choisir…..

      • C’est ce que je me tue à dire aussi, il y a beaucoup de mamans qui travaillent parce qu’elles n’ont pas le choix, financièrement par exemple, et d’autres qui rêvent de sortir de chez elles pour travailler alors qu’elles ne peuvent pas, faute de mode de garde par exemple….. On devrait toutes pouvoir choisir ce qui nous convient le mieux, c’est ça la vraie liberté!!!

  3. Pour ma première, j’avais repris le travail lorsqu’elle avait 3 mois et une semaine (elle est arrivée en avance); mais elle est allée en nourrice seulement à 8 mois. Entre temps, elle a été gardée par les 2 mamies qui venaient à la maison (j’ai la chance de les avoir toutes les 2 sous la main) et j’avais pris des congés pendant l’été.
    Pour le deuxième qui arrive en juin, j’ai pris la décision de reprendre le travail en temps partiel. Certes je vais gagner moins, je vais aussi probablement avoir moins de « chance » d’évoluer dans la société qui m’emploie… et après ? Oui j’ai un poste à responsabilités, mais ce n’est rien comparé au bonheur d’avoir des enfants, que tu décris beuacoup mieux que moi.
    Le petit frère ira chez la même nourrice que sa grande soeur, juste 2 jours par semaine. Et comme je la connais déjà, je suis rassurée.
    Mais il m’aurait été impossible de laisser ma puce à 3 mois à une inconnue.
    Je comprends ton désarroi devant le système, j’admire que tu saches prendre les décisions justes pour toi et ta famille (ce qui n’est pas toujours facile).
    Je te souhaite une bonne continuation avec ta déesse, profites en pleinement !

    • la décision s’est d’autant plus imposée a nous que nos meres respectives sont tres loin d’ou on habite, donc, impossible de la faire garder par la famille…..

  4. Bonjour,
    Je viens de lire ce poste et je le trouve très BEAU… ça peut paraître très bête à écrire mais de mon côté je n’ai pas encore envie d’avoir des enfants et j’avoue avoir été élevée dans une famille de femme/mère/grand-mère très actives où les femmes au foyer n’avaient pas spécialement bonne presse. Mais je lis ce que tu écris et je comprends, c’est beau, c’est touchant, c’est sensé et c’est… à contre courant de ce dont on nous abreuve depuis la « libération » de la femme. Ton choix ne sera peut être pas le mien mais ce que beaucoup oublient, c’est que la liberté c’est d’abord et avant tout LE CHOIX justement! J’ai arrêté de travailler en vue d’un départ à l’étranger, pour longtemps j’espère, et j’avoue que passer du temps chez moi, avoir tout ce temps, fait réfléchir… L’organisation de la vie « occidentale » nous oblige à courir partout tout le temps sans nous laisser le temps de nous poser et de penser à ce que l’on souhaite vraiment pour nos vies. Que tu ne veuilles pas emmener ton enfant dans cette course maintenant alors qu’elle est si petite et vouloir lui offrir plus de temps (en fait tout le temps possible) me fait réfléchir toujours dans cette logique de sortie des autoroutes de pensée actuelle…

    Pour ce qui est de ton envie de bosser à domicile, j’ai une amie qui, voulant vraiment passer plus de temps avec ses piou-piou après la naissance de son 2e enfant (elle travaillait en cabinet d’architecte donc 0 horaire), a suivi une formation d’assistante maternelle. Elle a fait valider son domicile pour la garde de 2 enfants (son petit dernier plus un autre) et elle est ravie! J’espère que tu trouveras vite TA solution :o)

    • Merci pour tes encouragements 🙂 Effectivement, je ne dis pas que MA voie est la bonne, si une femme prefere retourner travailler, qu’elle le fasse, et je ne juge personne, elle ne me semble pas plus condamnable qu’une autre. Elle aura forcement ses raisons que je ne peux et n’ai pas a comprendre. Je regrette juste, comme tu l’a compris, qu’on ne nous laisse pas le choix.

  5. Quelle jolie déclaration d’amour à ta déesse ! Ces mots, je les ai écrit il y a quelques mois…mon sursis est arrivé à son terme en janvier, elle avait 6 mois et demi…Je suis allée retourner bosser la mort dans l’âme…Et puis finalement, c’était moins dur que prévu ! Pour l’allaitement, j’ai trouvé une nounou super arrangeante, qui elle même a tiré son lait…J’ai vécu aussi cette crainte de ne pas assez fournir, et puis comme en fait elle m’attend, ben j’ai toujours assez 😄
    Mais bon, octobre, tu as encore le temps de voir, profite bien de ta puce, bizzzzz

  6. J’adore!! Tu es dans ma tête ou quoi? =)
    « Passer 10h loin de toi sans savoir si tu vas bien »
    « La vraie liberté, pour moi, serait de pouvoir décider ou non d’être femme au foyer ». Là c’est encore moi
    Une idée de revenu complémentaire: la ruche qu’à dit oui.
    http://www.laruchequiditoui.fr/provider/home
    Bon temps à trois
    Anna

  7. Ca me fait rire cette idée que le travail c’est la liberté. Au contraire, on n’a pas le choix. Dans notre société c’est une contrainte, on DOIT travailler et faire n’importe quoi comme taf pourvu qu’on puisse payer tout ce qui doit être payé et qu’on ne soit pas taxés de fainéants ou de boulets.
    Parfois j’ai l’impression que les partisans de la liberté de la femme ne réfléchissent pas et veulent imposer leurs normes à toutes les femmes, comme ceux qui critiquent celles qui veulent accoucher sans péridural, comme si c’était renier sa liberté, alors que justement, c’est un choix, et c’est refuser les diktats des protocoles hospitaliers.
    La liberté, c’est CHOISIR, sans entraves et sans influence.
    Est-ce mal de se sentir épanouie dans son rôle de mère ? Est-ce dégradant pour la femme ?
    Peut-être que ça le sera moins le jour où on laissera le père endosser ce même rôle (tiens, j’avais lu je ne sais plus où que lorsqu’un métier se féminise, il se dévalorise…)

    Perso je trouve que reprendre le boulot alors que le bébé n’a que 3 mois, c’est vraiment trop tôt. Je trouve que 6 mois c’est la limite, à 3 mois ils sont encore si petits…
    Pour ma part j’imagine que financièrement je n’aurai pas d’autre choix que de me contenter de ces 3 mois. On verra d’ici là !

    En tout cas je te souhaite de trouver une solution..

  8. venue par hasard, en lisant le message de Labellebleue sur FB. C’est exactement ainsi que j’ai raisonné, il y a eu… une trentaine d’années. J’ai élevé mes trois enfants ainsi. Maintenant j’ai de très bonnes relations, très proches et affectueuses avec eux.

  9. Bonjour, je t’apporte ici mon témoignage car mon expérience est bien différente de la tienne et pourtant, ma conclusion est la même.
    J’adore mon boulot, je gagne plus que mon mari et je n’allaite pas … Et pourtant, impossible pour moi de laisser mon mini-bébé né le 18 janvier à une nounou 10 heures par jour.
    Conclusion : quelle que soit la maman, le congé mat est trop court, et c’est tout! Crénom! 🙂

  10. J’ai pu prolongé de 2 mois mon congé mat’ et heureusement parce que je n’aurais jamais pu laisser Mon P’tit Bout si petit… Ca fais un mois que j’ai repris le boulot. Il avait 4,5 mois. Le début a été tres dur parce qu’il refusait le biberon et puis pleurait toute la journee (alors qu’avant avec moi il ne pleurait que rarement). Autant dire que les larmes m’ont coulées plusieurs fois en le laissant et j’ai bien maudit ma situation (ici pas le choix, coté financier, je n’avais pas la possibilité de prendre un congé parentale). Depuis il a apparis à boire le biberon, je prend le temps qu’il faut pour tirer mon lait la journée et il mange toujours autant au sein quand je suis avec lui (et la nuit tj 3 fois). Je suis claquée, ca c’est sur, mais ca vaut la peine. Et j’ai pris un 80% pendant les premier mois et j’en profite quand meme un peu. En tout cas, maintenant il est content d’aller chez la nourrice, il voit des choses nouvelles. Et puis moi je cours tellement que j’ai pas le temps de m’apitoyer sur mon sort.
    En tout cas, si j’avais pu, je serais resté à la maison avec lui, et puis avec tous les prochains !! A voir, pour l’avenir peut etre 🙂
    En tout cas profite en bien et bon courage pour trouver le boulot qui te permettra de continuer ensuite !

  11. c’est vrai que ca fait du bien de lire ce genre d’article (et ce genre de commentaires !) j’ai moi meme fait ce choix, car nous pensons mon homme et moi qu’il est mieux pour notre bebe d’avoir sa maman a la maison (en tout cas tant qu’il ne va pas a l’ecole apres nous aviserons en fonction)
    autour de moi c’est quelque chose qui n’est pas compris, respecté mais pas compris. je pense aussi que la liberté c’est d’avoir le choix et non de s’eloigner de son homme et de son enfant .
    je comprend qu’a l’epoque ou les femme n’avaient pas le choix la liberté c’etait de travailler mais actuellement c’est la normalité tout simplement rien a voir avec une pretendue liberté !
    j’ai moi-meme chercher quelle genre travaille on pouvait faire a domicile mais j’avou ne rien avoir trouver de concret, si tu trouve quelque chose je suis aussi preneuse ^^
    courage et profites bien de tout ce temps (et ai une petite pensé en octobre, j’accouche fin septembre 😉 )

  12. Cc, très très beau ce que tu écrit. Je me suis retrouvé 15 ans en arrière pour mon premier bb. Je venais juste de passer un nouveau diplôme pour faire un métier qui m aurait plu, c est sur… Seulement rien que pdt mon stage j ai tellement souffert d être séparé de mon bb que j ai choisi, soutenu par mon mari, de rester à la maison. Un deuxième bb, un c.p. Un troisième, tjrs autant dingue de mes amours… Il a bien fallut retravailler, mais trop dur encore de les laisser, ma n°3 n avait que 3 ans… Alors je suis devenu ass.mat. J ai pu continuer à voir grandir mes enfants et faire ce que j aimais. 15 ans après tjrs trop d amour à partager, n°4 est arrivée, la dernière cette fois. Je suis tjrs aussi dingue de bb…tjrs en extase… Alors oui je n ais pas une vie sociale super remplie, mais je profite à 200% de ceux qui ont le plus de valeur que n importe quel métier à mes yeux.
    Je te souhaite de trouver ta voie…

  13. comme je te comprend (sa devient la premiere de chacun de mes nouveau commentaires ^^)!!!

    pour mon premier (4ans maintenant) cétait assez compliqué, je suis parti vivre a 450km de là ou on vivait a cette époque et je voulais reprendre mes etudes, jai donc du le laisser en nounou a 9mois ; je me sentais rassuré car mon beau pere connaissait la nounou, et après des jours a pleurer jai « pris lhabitude » d’etre loin de mon bout, meme si je me disai chaque jours que je ratais tout de sa vie… après après 8mois au bahu j’ai decidé de tout quitter pour revenir a la maison, effectivement mon bout etait loin detre tranquille chez la nounou le truc cest quil a fallu qui commence a parler pour « mexpliquer » que la plus grande la bas lembetait constament, du coup adieu les etudes et bienvenu la vie de maman.
    finalement la deuxieme a 11 mois et hors de question pour moi de partir au « travail », pour moi mon veritable travail et celui que je prefere cest detre la pour ma ptite elfe de lelever, de voir chaque sourire, detre là a chaque fois quelle en a besoin!!!

    se qui me rend triste, cest dentendre les commentaires de tout le monde : « quoi tu ne laisse pas ta fille pleurer, tu te leve toute les nuits alors quelle a 3, 4, 5….mois, faut quelle arrete ses caprices » , « tu allaite encore !!!, elle est pas un peu grande? », « les couches lavables, mais tu est pas une grand mere » , « mere au foyer? ta choisi la vie facile… »… et jen passe….

    reste près de ta déesse cest là où tu sera le mieux 😉

    • Justement, il faut en parler…. On est pas seules a réagir comme ca, a pas les laisser pleurer, a les allaiter longtemps, les porter ou ne pas vouloir les gaver pour qu’ils  » fassent leurs nuits »…. A force d’en parler, peut être, a défaut de faire changer les gens d’avis, on finira par ne plus voir ces pratiques comme bizarres ou « originales »….

  14. Comme toi rester auprès de ma Sucrette est un bonheur sans partage. Je ne sais combien de temps cela pourra durer mais moi qui avais tant peur d’être une mauvaise mère à cause d’une enfance un peu pourrie je m’éclate dans ce rôle de maman. Ma Sucrette, je veux être là pour elle au début de sa vie car ce sont des instants qui ne reviendront jamais…
    Très beau billet!

  15. isabelledanslesetoiles, je pense quavoir une enfance pourrie sa peut justement aider, on sais quel mal sa peut faire de manquer damour, par exemple, et du coup les choix logique du genre, je laisse pas ma fille pleurer meme a 11mois ( parce que je part du principe que si elle se reveil en pleine nuit cest pas par caprice mais peut etre juste parce quelle a envie dun peu deau, ou alors un truc qui langoisse et un calin cest toujours sympa, ou le ptit bidou qui va pas) vienne instantanément ^^ moi aussi jai longtemps eu peur d’etre une mauvaise, ou meme detre comme MA mere, et puis un jour un ami ma dit ceci : « une bonne mere cest justement celle qui se demande si elle est bonne, qui se remet en question, cest celle qui prend le temps de savoir se qui est meilleur pour son enfant », si sa peut taider a croire en tes capacités 😉

  16. Ouha , dur, j’ai pleuré, ben oui…
    tout pareil je ne supporterais pas et rien que d’y penser ca me rend malade…
    Malheureusement c’est bien triste car on est vraiment pas aider dans cette société qui ne valorise que par le travail et surtout plus gros est ton salaire et plus tu es quelqu’un d’important.
    J’ai arrété mes études pour m’occuper de Tibébé aussi, et je passe pour une bonne à rien fénéante (alors que « tu aurais pu faire de si grandes choses, quel domage de gacher un tel potentiel  » dixit famille et profs, merci de votre soutien les gars, si je suis idiote c’est pas grave alors?) médiévale (couches lavables lingettes lavables allaitement portage mon dieu quel est cet femme des caverne) et profiteuse.Sauf que non, je profite pas vraiment, parce que chéri gagne à peine plus que le smic, et que le très généreux rsa me rapporte , tenez vous bien, 46 euro !! tadaaam
    bref… comme je te comprend, j’aimerais qu’un jour on nous encourage au lieu de nous enfoncer. C’est dur, quand personne n’est la encore plus dur (pas de maman non plus ici)

    alors c’est bon d’avoir un blog ou on se dit comme on est de bonnes mères et pas des bonnes à rien , que notre travail à nous est le plus beau que l’on puisse esperer car il nous paie en amour véritable.

    • « tu aurai pu faire de si grandes choses » comme si donner la vie et s’occuper de son/ses enfants n’etait pas la plus grande chose a faire au monde……c’est triste

      • n’est ce pas 🙂 à mon avis c’est ma plus belle réussite !
        j’ai quand même peur des futurs réactions quand je vais leur dire que je veux faire du babyledweaning et eventuellemnt les premières années de scolarité à la maison… on va me jeter des cailloux !! youpi

        • au bucher!!! Nous on enverra la déesse a l’ecole, deja parce que l’ambiance y est bonne, c’est celle du quartier et tout, et parce j’aurai peur de pas assurer a la maison, mais franchement, les parents qui y arrivent, je trouve ca terrible, et comment je dis souvent  » qu’es ce que ca peut bien leur faire » au lieu de critiquer tout le temps……je ne comprend pas….

  17.  » au bucher » haha moi aussi j’i peur de pas assurer m’enfin je veux essayer quandmême en laissant fréquenter l’école au moins quelques fois pour que petitou puisse choisir si ca lui plait plus, parce que c’est vrai ce serait dommage de le priver s’ il s’y éclate bien , et déjà je vais commencer à réviser mes bases pour pas trop me planter :p ce qui me plairait vraiment ce serait moit moit l’école moit la maison, mais je ne crois pas qu’en France ça se fasse. Bref « qu’est ce que ca peut bien leur faire » c’est vrai quoi !

  18. C’est un très beau billet, je te souhaite de trouver ta solution pour « gagner ta vie » sans perdre ces premiers mois, premières années avec ton enfant ❤

  19. J’ai soutenu mon mémoire de master enceinte de 8 mois, donc ni congé mat, ni congé parental pour moi (il faut avoir bossé tant de temps, et les jobs d’été n’ont pas suffi : 0€).
    J’ai donc un bac+5, une formation de prof (job que je trouve magnifique et indispensable à la société), et aucune aide (à part les allocs d’à peine 200€) mais je n’ai pas hésité une seule seconde à rester à la maison.
    C’est pour moi le plus beau et le plus noble des métiers même s’il est dévalorisé par notre société 🙂

  20. Je ne suis pas encore maman, mais ma maman m’a élevé, elle a fait ce choix pour nous , ces 3 enfants et je suis très heureuse qu »elle l’ai fait !!Et je pense faire ce choix aussi plus tard quand j’aurais mon premier bébé, car je ne me vois pas le laisser dès 3 mois et louper des moments clés de sa vie. Pour ce qui est de travailler chez soi, ma mère est assistante maternelle, et ce métier permets d’allier vie personnel et vie professionnel en douceur.

  21. Il faut dire que les modalités d’application du congé mat sont complètement débiles… Pourquoi être forcée à rester à la maison 6 semaines avant d’accoucher ? A part pour prendre les 10 kg de trop… Là où je travaille (convention très très particulière si je puis dire), j’ai le droit de travailler jusqu’à la veille de l’accouchement. C’est d’ailleurs ce qui m’est arrivé. Tout ce qui n’est pas pris avant, est reporté après.
    Du coup j’ai du laisser mon bouillu à l’âge de 5 mois, ce qui était déjà plus tolérable pour moi (à 3 mois j’en aurais été incapable). D’autant qu’avec un allaitement exclusif jusque 6 mois (comme recommandé par l’OMS), quel cauchemar !
    Déjà que j’ai galéré pendant 1 mois à prendre chaque matin mon tire lait, ma glacière, mes biberons pour donner le tout à la crèche, que je devais essayer d’éviter les réunions aux heures des biberons, pour tirer à peu près au même moment que mon bouillu buvait son lait, mais à 24h d’intervalle… et les déplacements à la crèche tous les midi pour l’allaiter… pfiou, ca n’aura pas été la plus belle partie de l’allaitement ! Je ne crois pas que j’aurais été capable de maintenir un allaitement exclusif pendant 3 mois supplémentaires à ce rythme là !

    Par contre, pour rebondir sur l’histoire de la tasse ou de la seringue, je n’sais pas si à 3 mois le bébé est suffisament adapté au sein de sa mère pour supporter l’introduction de la tétine, toujours est il qu’à 4 mois et demi le mien a super bien accepté la tétine Calma (de Medela) et pendant 3 mois et demi il a alterné sein/tétine sans aucun problème. Mais à coté de ca, pas de sucette, juste son petit pouce.

  22. Je pense que le congé mat est trop court, quelque soit le mode d’alimentation pour le bébé (allaitement ou bib), donc il ne faut pas donner l’allaitement comme argument principal au rallongement du congé. Sinon, gare à la discrimination. On a tout juste le temps de sortir de la mat, de se poser à la maison et hop! faut retourner au charbon. Pour ma part, j’ai pu travailler à la maison (conception de ressources pédagogiques, donc fallait juste un ordi et une connexion internet 😉 ), donc crèche à 11 mois. Par contre, aucune féministe vous dirait que 3 mois c’est largement assez pour un congé mat et que retourner au boulot c’est génial et tout le monde doit le voir comme ça, bien au contraire. Elles militent aussi pour le prolongement du congé de mat… et c’est grâce à elles (directement ou indirectement) aussi qu’on a crée le congé de paternité 😉 (trop court et pas assez pris, car les hommes ne sont toujours pas encouragés par les entreprises et la société à s’impliquer plus dans leur rôle de papa). Car, n’oublions pas: maman n’est pas toute seule, y a papa aussi… 😉 J’ai toujours gagné plus que mon mari et si un jour, l’un d’entre nous fait une pause dans sa carrière pour s’occuper des enfants, ce serait sans doute lui (on en a déjà parlé et c’est même lui, sans pression aucune, qui s’est « proposé ») et cela ne fait pas de moi une castratrice hystérique… 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s