Leur laisser la place

Quand la déesse etait encore dans mon ventre, on savait, avec Chérimari qu’on voulait un porte bébé, plutôt qu’une poussette. Plus la date de l’accouchement se rapprochait, plus je m’imaginais, sortant de la maternité, avec la déesse tout contre moi dans son porte bébé….. Et pis je me suis rendue compte que non. Il ne FALLAIT PAS que ça soit moi qui la porte pour sortir de l’hôpital.

Ca a été un long travail sur moi, j’y ai pensé souvent. J’ai mentalement fais le deuil de cette image, de ces sensations que je commencais a imaginer. Je me disais, oooh, mais juste pour sortir de la maternité, c’est pas grand chose. Mais je savais bien que je me mentais a moi même, un peu comme quand on arrête la cigarette, il n’y pas de « ooh juste une dernière cigarette ». Ça ne marche pas comme ca. Je savais au fond de moi, que si je sortais avec la déesse contre moi, je n’arriverai pas à laisser la « bonne » place a Chérimari. Il en aurai eu une, oui, forcément. Mais ça aurai toujours été a reculons. Comme un abandon pour moi. Comme un « effort ».

C’est pas forcément agréable a lire pour les papas, mais c’est vrai qu’après les 9 mois  en nous, les nuits seules avec lui ou elle à la maternité, on a pas envie de vous le ou la laisser. Enfin, si, on en a envie, mais voila, c’est pas que c’est dur, c’est juste hypra dur de la morkitu. On a peur. Que ca n’aille pas comme il faut. Que vous sachiez pas faire. Et même quand c’est notre premier, comme si nous, en deux nuits, on avait tout compris et qu’on savait tout parfaitement. Mais oui, mais y a l’instinct maternel tout ca. Ok, mais y a aussi cette petite voix, la, qui me dit attention, tu DOIS lui laisser pour sortir de la maternité, sinon c’est foutu.

Alors je l’ai fait. Et surtout je lui en ai parlé presque un mois avant. C’était assez difficile d’expliquer ce que ça pouvait représenter pour moi, je ne pense pas d’ailleurs avoir réussi à l’époque. Mais le fait de lui dire, « c’est toi qui la portera pour sortir » c’était un engagement. Voila. Maintenant, plus question de revenir en arrière.

Le jour fatidique, j’y ai beaucoup pensé, mais je n’ai rien  dit. Je savais que si je lui demandais, Chérimari me laisserai la porter. J’en crevais d’envie. J’ai rien dis. On est partis de la mat’, j’etais fière de moi. Et je pense que Chérimari était heureux de l’avoir (enfin ) pour lui.

Sur le trajet, j’ai transformé ma langue en gruyère. J’allais dire « hey, tu es sur qu’elle est bien mise la? » ou encore « euuuh tu veux que je t’aide? » ou même le dramatique « tu sais, moi j’aurais plutot fait comme ca », mais non, je me suis mordue la langue autant de fois qu’il a fallu. Et j’ai tenu bon!

Ce moment a priori anodin m’a semblé vraiment important. Et j’essaye de continuer a appliquer cette façon de voir les choses tout les jours. Parfois, j’ai envie de lui dire  » tu sais moi, je fais plutôt comme ça ».  Parfois, oui. Et alors? Qu’es ce qu’on s’en fout que je fasse comme ça? Ça lui apporterai rien, a part l’idée insidieuse que je ne lui fait pas confiance. C’est dur pour une maman de se dire que notre façon de faire n’est pas l’unique et seule meilleure façon. C’est dur d’admettre que ça peut « marcher autrement ». C’est dur de se rendre compte même que parfois, il se débrouille mieux que nous. Mais que lui, jamais ne nous dira qu’on doit suivre son exemple à la lettre.

A la maison, le bain, c’est Chérimari. J’ai du le donner une dizaine de fois depuis que la déesse est née. J’ai appris à les laisser seuls. (sauf quand y a marée jaune hein, la, maman arrive a la rescousse ^^ ) Je dis appris, parce qu’au début, j’avais l’impression que j’arriverai jamais a partir de la pièce. Je restai derrière, a observer. « Tu voudrai pas plutot faire comme ca? » « Moi a ta place… » Et aujourd’hui je peux le dire, je suis fière de ne pas être tombée dans ce piège.  Je ne dis pas que parfois, je n’explique pas ma manière de faire. On en parle. C’est normal. Mais je ne me dis pas qu’il ne saura pas faire, qu’il ne peut rien faire sans moi, je ne contrôle pas quand il fait quelque chose.

En fait, je les laisse se créer leur relation a eux, rien qu’a eux.

Même si c’est dur, et même si je suis jalouse parfois….

Ils font pas comme nous. Il ne feront jamais comme nous. Mais ils ne font pas moins bien, ou mieux. Ils font autrement. Mais si ils ne peuvent pas, si ils n’ont pas de place, si il n’ont pas le temps, trouver leur facon de faire, et ils ne feront jamais.

.

.

Chérimari, je t’aime.

.
.
.
.

même si le sujet de cet article n’a rien a voir avec elle, il est dédicacé à Laura, qui est en train d’accoucher en ce moment de son petit Lancelot. ❤

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Advertisements

13 réflexions sur “Leur laisser la place

  1. je n’ai pas eu le choix pour mon fils aîné né par césarienne, c’est donc son papa qui s’en est occupé les premiers jours (à part pour le nourrir, c’était MES seins, ;o)) mais ça ne m’a pas paru si difficile …
    on est plutôt complémentaires en fait …
    bizarrement pour le 2ème je lui « laissais » parfois moins mais en même temps c’est parce que du coup il gérait l’aîné.

  2. Ici aussi j’applique la même méthode du pincage de langue…Perso je sais pas si j’y aurais « pensé » spontanément…Je le fais car j’ai vu ma soeur reprendre mon beau-frère sur tout, depuis toujours (y compris devant les enfants), et j’ai vu ce que ça donne J’aime ma soeur mais là, je trouve qu’elle a merdé, elle a complètement saboté l’autorité du papa, et sa confiance en lui pour prendre les bonnes décisions. Résultat ben oui en effet, il ne prend aucune initiative, quand il en prend c’est pas forcément des bonnes idées, et les gamins ne lui reconnaissent pas franchement de légitimité si ce n’est l’affective…
    Je me suis dit « jamais ça », et du coup, je laisse faire, je prends sur moi. Le papa fait différemment, mais il en a le droit !

  3. Très belle initiative ! Comme toi, j’ai aussi pris sur moi, de ravaler ma langue de p… vipère à la naissance de Miss Bébé. Aujourd’hui, je suis au poil et c’est tout bénéf (plus de temps pour soi, moins de stress). Bon, je flippe quand même un peu lorsqu’ils font leurs cascades-casse-cou… Mais bon, il gère ! Merci pour ce charmant petit bout de vie ! 😉

  4. Et oui, pour faire cet enfant, il faut deux adultes, et même si nous, mamans, on les a portés 9 mois dans notre ventre, on a accouché, on les allaite… les papas ont aussi besoin de les toucher, de les renifler, de se laisser renifler, de les porter… peut-être même encore plus que nous si on y pense, parce qu’ils n’ont pas les liens de la grossesse et de l’allaitement…
    Chez nous, Papa Boson a porté notre petit gluon dès le début, et a donné les bains… je ne l’ai pas « repris »… mais pour l' »éducation », ou en tout cas les prémices d’éducation d’un enfant de 6 mois, il m’est arrivé de le reprendre… maintenant, je discute en amont des choses importantes pour moi, on partage… et tout roule, même si c’est moi qui m’occupe de la bête en journée, il a plein de moments privilégiés avec elle… et même que je suis pas (trop) jalouse !

    • A préciser : les papas peuvent aussi nous reprendre… et dans mon cas, très souvent à juste titre ! Difficile apprentissage que la notion de bilatéralisme… 😀

  5. contente de voir que le fait detre totalement jalouse de leur relation, finalement si fusionnel et complice, est « normal ». cest vraiment dure de laisser une place au papa qui pourtant nous a supporté pendant 9mois ^^ mais tout comme toi je me suis mordu la langue un millier de fois et plutot que de dire « moi a ta place » je dit « tient explique moi pourquoi tu fait comme ca » on en parle et on vois se quelle prefere (encore plus compliqué avec le grand de 4ans où la si tu communique pas tu te fait vite miam ^^).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s