La pente fatale.

Avant d’avoir la déesse, je savais que je voulais au moins un enfant. J’avais hate, je m’imaginais avec, dans la vie quotidienne… mais c’etait toujours un peu flou. Puis un jour je suis enceinte. Et là, je commence à me poser des questions, à envisager les choses  »autrement ». Je vais devenir responsable de quelqu’un d’autre que moi, maintenant, alors j’essaye de reflechir à pas me louper. Je suis enceinte, et j’apprend à reconnaitre les parabens, les propyleneglycol, les phtalates, et je zappe les produits qui en contiennent, sans oublier le bisphénol. A partir de là, c’est parti, l’effet boule de neige, une réflexion sur un sujet entraîne une réflexion sur un autre sujet, etc, etc etc….c’est la pente fatale.

Le jour ou j’ai su que j’était enceinte, Chérimari m’avait déssiné un petit truc avant de partir au boulot (comme tout les jours, on a meme un écahier de mots, éxeupré ^^ ) : il s’etait déssiné lui, un biberon dans la main, l’autre sur une poussette, en train de dire « prêt! » Au final, on utilise pas de biberon et on a toujours pas de poussette. Tout ça parce que maman aime se poser trop de(s) questions.

Donc premiere étape, pendant la grossesse, je cherche des produits bio. Je change la lessive, les gels douches, les shampoings, le produit vaisselle. Je fais attention quoi.

Pis ensuite, je pense à l’allaitement. Ça vient progressivement. Je me rend pas encore compte à ce moment de ce que ça peut être. Je me rend pas encore compte que c’est « plus » qu’un simple choix. Je me lance la dedans sans trop savoir dans quoi je m’engage. Je voudrais allaiter, mais j’y connais pas grand chose. Personne n’allaite dans mon entourage, ni dans ma famille. Je n’ai jamais vu personne allaiter. Pour être honnête, « avant’ je m’imaginais avec les biberons, la parfaite panoplie de la maman moderne, quoi, pis finalement……

Ensuite, viens la réflexion sur la poussette, ou pas poussette. Je cherche. Je m’informe. Je réfléchi, j’en parle avec Chérimari. Finalement, encore un truc des parents modernes qu’on aura pas. Bon, donc, allaitement, porte bébé, produits bio.

Pis je me rend compte que le porte bébé, ça donne une « autre image du monde » au bébé. Il n’est plus considéré comme un être  » a part » mais faisant intégralement partie de la vie autour de lui. Elle est intégrée, dés le début dans les relations humaines. Pis progressivement, on lui parle comme à une « grande ». Je décide de lui expliquer les choses. Même si, officiellement, elle ne comprend pas encore. Et là, au delà de l’allaitement, ou du portage, on attaque le sérieux, on réflechi à l’éducation.

Ouais parce que l’éducation, au début c’était un peu genre ben je lui dirai que c’est pas bien, que c’est bien, je l’aiderai à faire ses devoirs, pis voila quoi. Et pis finalement, je me rend compte que c’est un peu un package, le menu best of de la « maman-hippie », dedans y « réfléchir sur l’éducation ».

Du coup, je commence à y reflechir. Je commence à me documenter sur Montessori. Je lis des articles sur l’éducation « non violente ». Je remet en cause ce qui me semble « logique ». Comme j’ai remis en cause le biberon et la poussette, je remet en cause « l’éducation classique ». J’ai des idées, des choses que je veux faire. Certaines que je ne veux pas faire. Pour le reste, il y a surtout beaucoup de choses que j’ai envie d’essayer.

Je veux lui expliquer les choses. Je veux la laisser décider pour les choses à sa portée, pour des choses qui pour nous semblent insignifiantes, mais qui représentent beaucoup pour un enfant. Je réfléchi à comment construire quelque chose ensemble, plutôt que l’une contre l’autre. Je sais que je poserai des régles, et qu’elles seront claires. Mais je sais aussi que je ne poserai pas de régles « parce qu’il faut des regles ». Je ne demanderai pas l’impossible à la déesse. Je ne voudrais pas qu’elle soit absolument la meilleure, mais qu’elle soit heureuse. J’attendrai de la découvrir plutot que de lui imposer ma facon de faire.

De la même maniere que je suis à l’écoute de ses besoins actuellement, à essayer de comprendre ce qu’il lui faut, du repos, à manger, ou simplement un câlin, je vais essayer à l’avenir de la comprendre du mieux que je pourrais. J’ai envie d’accepter qu’elle puisse aussi etre de mauvaise humeur. Accepter qu’elle rale, comme des fois nous aussi on peut etre de mauvaise humeur. Et le jour ou moi je serai de mauvais poil ( et ne nous voilons pas la face, ça arrivera ^^ ) j’irai lui dire que maman est désolée si elle à crié. Que maman elle est pas parfaite, mais qu’elle fait de son mieux.

Parce que j’ai découvert qu’aimer son enfant, c’est remettre en question ce qu’on croit, pour les laisser nous apprendre à etre parents, je vais essayer de respecter la déesse en tant que personne à part entière, et non comme ma propriété.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

12 réflexions sur “La pente fatale.

  1. Quel bel article! Je me reconnais dans tout ce que tu dis! Je suis aussi en train de glisser tranquilllement avec quelques craintes, 15000 questions mais finalement un vrai plaisir sur la même pente que toi! ^^
    Bonne glissade! 🙂

  2. j’avais commenc pas mal de reflexion avant la grossesse (j’attend cette grossesse depuis un moment ^^ )
    mais oui je me suis faites ses reflexions aussi, et j’ai commencer a lire pas mal de livres sur « d’autres manieres de voir les choses » j’en ai laissé mais j’en ai pris beaucoup, j’ai hâte que mon petit bout soit la que je puisse l’apprendre plus que par les mouvements qu’il fait en moi ^^

  3. Et bien moi je n’arrive pas à me dire que la grossesse et la parentalité change autant de choses… Je pense qu’elle accélère juste les choses, et que toutes ces réflexions, elles étaient quelque part déjà là avant. Pour l’éducation, c’est vrai qu’avant, je me disais qu’une fessée de temps en temps, pour bien faire comprendre, ça ne faisait pas de mal… et puis maintenant, je me dis que non, une fessée, c’est un échec. Donc là, oui, j’ai changé, mais avant, l’éducation, c’était assez abstrait.
    Mais pour le côté bio/respect de la nature, je faisais déjà attention avant (limitation de l’usage de la voiture, compostage des déchets végétaux (quand j’avais un jardin), achats de produits locaux, si possible issus d’une agriculture respectueuse, refus du sur-emballage, attention aux produits d’entretien, cuisine maison… bref, déjà pas mal de choses). Du coup, les couches lavables, c’était une évidence… Alors oui, je fais encore plus attention qu’avant, je me mets à acheter un peu de bio, je remplace petit à petit mes produits d’entretien par des trucs très basiques…. Mais tout était là quelque part avant, et l’arrivée du gluon m’a fait « grandir » d’un coup, et me rendre compte que certaines de les priorités d’avant devaient encore plus être prioritaires.

    • oui c’est vrai que ca devait deja etre plus ou moins « deja la ». aprés, la grossesse est un peu un truc déclencheur, c’est comme les criminels quand on dit que c’est a cause d’un morceau de musique ou d’un film violent qu’ils passent a l’action, oui peut etre mais y avais deja « quelque chose » bien implanté ( ouaou ils petent mes exemples hein ^^)

      C’est dingue comme l’éducation est abstraite au début, hein ^^
      par contre je me suis toujours dit qu’une chose que je ferai ABSOLUMENT c’est m’excuser quand je suis allée trop loin, et admettre mes erreurs auprés de mes enfants.

      • Du coup, on serait un peu tous des criminels… 🙂 ! Etrange, mais efficace ton exemple.

        Et le fait de se poser 1000 questions… chez nous, c’est certes pour le choix de porter ou d’allaiter (quoique, pour l’allaitement, bizarrement, pour moi c’était finalement comme être enceinte, allaiter, mais avec le bébé dehors…et c’était une évidence). Et bien pour le choix de l’aspirateur ou de la table pour le balcon, c’est pareil… quel modèle, la consommation électrique, le matériau, le format, la couleur…

        Bref, c’était pour compléter mon argument : « non, c’est pas parce que j’ai des enfants que je suis psychopathe – écolo intégriste – ne faisant pas comme les autres – pas un mouton con – qui essaie de réfléchir avant d’agir (rayez la ou les mentions inutiles), je l’étais déjà avant… Ca se voyait moins, mais je l’étais… »

  4. Salut, je suis assez d’accord avec la phylisophie de vie décrite. sans ton article. je ferai bien tout en velo si je pouvais…
    Juste un truc sur le lequel je me prend la tête en ce moment : pour l’instant je prend la voiture malheureusement pour aller au travail et déposer mon petit bout sur la route. j aurai voulu prendre le bus… mais ça me ferai perdre 1h de temps avec mon fils… temps que je passe à jouer aujourd’ hui et que je paserai Seule dans le bus sinon…

    • je pense que vu comme ca ca m’embeterai aussi….. aprés j’ai des souvenirs de quand je conduisait beaucoup, ou meme un peu, perso j’ai l’impression que je deviens une grosse biiiiip en voiture, les gens m’enervent, les autres m’enervent je finis par m’enerver aussi, et ma journée s’en ressent ^^ donc maintenant je suis plus zen, meme si effectivement, parfois je perd plus de temps ^^

  5. Pingback: “Euuuuh on fait quoi en fait là?” ou [Haptonomie, rencontre du 3eme type, part I] | OlympusMom

  6. Encore une fois ce que je lis j’aurais pu l’écrire, peut être pas aussi bien certes 😉
    Mais oui la c’est tout pareil, le seul truc que je ne peux pas faire c’est les vêtemenet oeko tex et bio, la c’est vraiment hors de mes moyens, Déjà la bouffe bio on s’arrache un bras… et ca m’enrage de savoir que pour vivre bien on doit se ruiner, tous ces choix nous coutent, pour bien manger on ne sort pas, on a oublié le ciné et le restau, on oublie la joli garde robe, ces belles chaussures ,et des tas d’autres choses, on pleure de savoir que nos choix pour son bien être vont peutêtre etre destitués par son futur désir des choses qui coutent. alors la santé ou le bonheur … dur dur dur non?

  7. Pingback: Moi, maternante? | OlympusMom

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s