[philosophons sur l’Olympe] La beauté est une question de richesse

Aujourd’hui, pas de hochets, de porte bébé ou d’allaitement, j’inaugure une nouvelle rubrique, « philosophons sur l’Olympe » ou je vais vous faire partager mes réflexions, la plupart du temps n’ayant rien a voir avec la maternité, et qui découlent d’idées que j’ai eu, comme ça, un jour, et que je trouve assez interressantes pour les partager avec vous (oui parce que bon, sinon, hein, je garde ça pour moi, comme les tonnes de choses que j’ai à dire pas forcément interressantes :p ) Et quel meilleur jour qu’aujourd’hui, jour du bac philo pour commencer cette rubrique?

Alors allons y!

Disons que pour simplifier je vais vous parler des critéres de beautés relatifs à une société donnée, à un instant donné; par exemple, une « belle » femme, n’a pas la même signification en Afrique, en Asie, en Europe. Et n’a pas la même signification selon le siécle dont on parle.Commencons, comme de bon philosopheurs (^^ ), à définir de quoi qu’on cause déja. Alors la beauté. Je vais vous parler de la beauté « norme ». Pas de ce qui moi me plait, ou plutot ce qui plait à ma voisine parce que sinon on va pas s’en sortir, hein, les gouts et les couleurs…. Non je vous parle de ce qui est « à la mode » mais pas de ce qui est super hype non plus, parce que sinon, mon article dans un mois, il vaux de la merde. Bon, ça commence super bien, je sens que tout le monde va bien tout comprendre hein….

Pour la richesse, je parle bien de la richesse materielle, le brouzouf, le flouze, la piecette qui sonne et qui trébuche.

Bien, maintenant qu’on à les mêmes bases, allons y.

Aujourd’hui, en France, une « belle » femme c’est quoi?

Dans notre société, c’est une femme mince, bronzée, grande, sans cellulite. Je parle des grandes lignes bien sur, c’est l’image que nous renvoient les magazines, qu’on adhere à ce modéle ou pas.(et oui je suis fan de lady gaga :p )

Au 19eme siecle, une belle femme, c’est ça:

Teint clair, du bourrelet en veux tu en voila, tout le contraire de notre époque.

La « femme africaine » tout du moins avant la colonisation, hein…

Hanches larges, bien en chair, des rondeurs (que c’est beau 🙂 )teint évidement tout parfait hein ^^

Mais quel est le rapport avec la richesse?

Il se trouve que ce qu’on croit trouver beau n’a rien à voir avec la beauté dans le sens ou on l’entend habituellement, c’est à dire quelque chose d’agréable à regarder. Meme si à force, on fini par croire que cette beauté est le résultat du bon gout, ce  n’est qu’une façon de dire j’ai des sous, pour séduire le male.

Oulala, je pense que ma phrase va choquer hein ^^ mais la séduction A LA BASE c’est quand même ça.

Et quel rapport avec l’argent?

C’est simple, du moyen age, jusqu’au 19eme, la mode c’est le teint blanc. Pourquoi? Parce que ce sont les ouvriers et les paysans, ceux qui n’ont pas de tune donc, qui triment dehors et ont la peau au mieux bronzée, au pire cramée. Avoir le teint blanc signifie qu’on a les moyens de ne pas travailler. C’est se differencier du « bas peuple ». Dans le meme ordre d’idées, avoir des formes montre qu’on peut se nourrir correctement, et c’est un signe de? De « bonne santé financiere » voila, vous avez compris.

A notre époque, les ouvriers et les employés travaillent a l’usine. Ils ne voient plus vraiment le soleil. Ceux qui peuvent avoir la peau bronzée sont ceux qui peuvent se payer des vacances,  aller à la plage, ou se payer des UV. Et par la même se differencier encore des ouvriers de l’usine. Et à une époque ou il est moins cher de « mal bouffer », et ou les produits de régime existent par centaines et coutent assez cher, etre mince est signe aussi de bonne santé financiere…

En afrique, une femme sans rondeurs n’est pas une belle femme ( selon les criteres africaines, hein, parce qu’aujourd’hui malheureusement notre « mode » contamine du monde…. :/ ) et implicitement, elle n’a pas assez a manger, elle n’a pas les formes pour etre une bonne maman, etc, etc.

Ce que je voulais montrer, c’est que meme si on ne s’en rend plus compte, nos criteres de beautés définissent souvent une femme qui « a les moyens », même si au final on à l’impression que ce n’est qu’une question de gout personnel. Aprés, il y a toujours des hommes qui aiment les rondes a notre époque, et des qui aiment les maigres il y a 200 ans évidement.  🙂

Et il n’y a encore pas si longtemps, avant la mode des régimes, ou etre mince n’etait pas un gage de beauté, Marylin Monroe faisait du 42 de l’époque…( 46 actuel ^^ )

Donc voila de quoi vous remonter le moral si vous ne rentrez plus dans votre 36 hi hi , la beauté, c’est qu’une question de fric: alors affranchissons nous de tout ca, et aimons nous comme nous sommes.

Advertisements

6 réflexions sur “[philosophons sur l’Olympe] La beauté est une question de richesse

  1. d’abord le brouzouf je connaissais pas!!!
    je correspond totalement aux normes du 19 ème siècle bien blanco et bourleteuse t’en veux une ?? une vraie ??? j’suis là !!!!!
    une fois j’ai entendu dire à la radio que avant les gens bien gras étaient les gens riches pour toutes les raisons que tu as évoqué et que maintenant les gens gros sont ceux qui n’ont pas les moyens de se nourrir correctement et mange du hard discount pour pouvoir manger et que forcément ils ne regardaient pas de quoi était fait leur boîte de ravioli pur boeuf où t’as 3 % de viande et le reste en gras et protéine!!!

  2. Tout comme en Asie la mode il n’y a pas si longtemps etait d’être plutôt en formes et le plus blanc possible, la bas un homme obèse au teint jacob delafon est un beau gosse!
    Sinon j’aime bien cette nouvelle rubrique.

  3. Une histoire de richesse, et j’ajouterais : de bonne santé.

    Si, en Afrique, on aime les femmes généreuses et corpulentes, c’est parce qu’elles se nourrissent bien, et ont donc une espérence de vie suffisamment élevée pour suivre leur génération de bambins (et mener à terme leurs grossesses) (dixit, une amie africaine qui voulait grossir). Si, en Europe aujourd’hui, on aime les peaux hâlées et non plus les peaux blanches, c’est peut-être aussi parce que le tein laiteux évoque celui d’un malade. Idem pour les obèses : ils ne renvoient pas l’image de personnes « saines », et ne sont donc pas considérées « belles ».

    Et, reflexion qui courrone le tout : plus une société est riche, et plus le critère de la richesse prend le pas sur celui de la santé dans l’appréhension de la beauté de chacun. Puisque, dans une société « riche », la santé est plus accessible que dans une société pauvre, le critère sanitaire passe au second plan. Alors qu’en Afrique, le critère de bonne chaire pour bonne santé est toujours le premier, ce n’est plus le cas en Europe … on kiffe les anorexiques, à en oublier qu’elles ne sont pas dans une santé suffisante pour se reproduire. (langage un peu cru mais bon, c’est triste, mais c’est vrai).

    Au fond, sans nous en rendre compte … on est toujours attiré par ceux/celles qui ont les moyens financiers et physiques de vivre, de reproduire, de subvenir aux besoins de leurs enfants / de leur femme / de leur mari !

    • a mon avis autant pour les femmes africaines je suis d’accord avec le rapport a la santé, autant pour le teint qui fait « malade » oui mais je pense que c’est une question d’appartenance sociale surtout, avoir les moyens ( a l’époque) de ne pas bronzer, et avoir les moyens (aujourd’hui) de bronzer. Pour la corpulence, evidement par rapport a l’obésité, oui c’est une question de santé
      mais pour une femme  » en chair ( taille 42 genre quoi) qui est une taille « normale » c’est pas une question de bonne santé si on met dans la tete des femmes qu’il faut qu’relles fassent du 28…. rien qu’a voir la mode des manequins retouchées pour les amincir, c’est pas pour donner un aspect de bonne santé…
      Au final on est toujours un peu au centre d’un conflit d’interet financier entre les vendeurs de truc amincissants, les trucs a bronzer, etc etc…plutot que parfaitement libre de choisir selon des criteres esthétiques…

  4. Oui, exactement, et c’est ce que je veux dire dans l’idée que plus une société est riche, plus la recherche d’un partenaire riche passe au-dessus du critère d’un partenaire sain.
    Après, le critère sanitaire, il est aussi irrévocablement sociétal et culturel : comme tu le dis, au 19ème, être sain c’était être pâle. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas.
    Dans tous les cas …oui, on n’est jamais réellement libre de choisir : on est inévitablement pris dans une société à un lieu donné et à un moment donné qui influencera nos choix. Et notre liberté est, elle aussi, inconsciemment orientée selon nos propres désirs (argent, bonne santé, ou autres). J’ai une copine, par exemple, qui est toujours sortie avec des mecs d’éducation très catholique… avant même de le savoir (et le genre de gars aux cheveux longs qui ne le portaient vraiment pas sur eux). Ça nous a toujours fait halluciner. Le mystère des désirs et des attirances …

    J’aime bien ces postes, ça donne à réflexion ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s