Avant blédina et nestlé, c’était quand même pas la grosse folie…

« L’allaitement, c’est naturel, comment vous croyez qu’ils faisaient avant? »

Cette phrase là, non seulement je l’ai entendue, mais je l’ai dite, et redite. Evidement, ca semble logique! Comment faisait on avant? Alors qu’il y avait pas de biberon, et pas de lait artificiels?

Le problème c’est qu’un jour j’ai décidé de chercher vraiment une réponse à cette question. Et figurez vous que non, « ben tout  les bébés étaient allaités » n’est pas la bonne réponse.

Le moyen age c’est grand. C’est, à vue de pif, 1000 ans, de 500 a 1500 ap jc. Donc mon article ne sera absolument pas exhaustif, vous vous en doutez bien. Je veux juste vous donner quelques pistes de réflexions pour aller à l’encontre des idées reçues.

Le biberon en lui même

Déja des biberons y en à depuis longtemps. Pas seulement depuis le début du siècle. Enfin, l’autre la. (purée, je suis vieille, maintenant il faut que je précise de quel siècle je parle).  Alors y a plusieurs théories qui s’opposent apparament. Pour certains, dés l’antiquité, il y avais ce genre de chose:

Alors donc on imagine le truc, hein, le bébé prend la partie a droite dans la bouche, et le haut c’est pour remplir.  Pour info, celui de la photo est daté d’avant Jésus Christ.

Sauf que sauf que! Il y a eu tout une étude la dessus, parce qu’il y en a qui trouvaient ça bizarre qu’on en retrouve aussi peu. En fait, pour un objet aussi « commun » qu’un biberon, la rareté de la chose intriguait. Ils ont donc fait des études, analysés les machins, et figurez vous qu’ils y ont trouvé des dépots dans le trou du haut, organiques, et proche de se que secrète un sein. Vous voyez ou on arrive? En fait, pour certains (d’aprés ce que j’ai compris, c’est maintenant la majorité) scientifiques ce ne sont pas des biberons, mais des TIRE LAITS.

Oui oui oui.

La maman met son sein au dessus, et on aspire a la bouche par le petit trou pour faire un vide d’air. Fantastique non? Donc on peut en déduire que déjà à l’époque, non, toutes les femmes n’allaitaient pas au sein. Ou en tout cas, on pouvait déjà tirer son lait le temps d’aller faire une course, ou tout simplement pour soulager un engorgement.

Je sais que vous êtes déjà supers contents d’avoir appris un truc. (enfin, moi perso je trouve ça dément mais je suis quelqu’un de très enthousiaste ^^ ) .

Alors bon, l’antiquité c’est bien joli, on tire le lait, mais on le donne avec quoi? Ben en fait il semblerai que dans ces cas là, on ai employé une….tasse tout simplement. A la rigueur un peu « fermée » vers le haut, un peu comme nos tasses d’apprentissage. Rien de bien exotique en fait.

Au moyen age, c’est la merde.

Bon, dit comme ça, ça fait sourire, mais étant passionnée d’histoire depuis un moment déjà, à chaque fois que je regarde pour un nouveau théme comment ça à évolué, ben le moyen age, c’est quand même la grosse régression par rapport à l’antiquité. Pour ce qui est de l’hygiène, des arts, de la médecine, de l’éducation, de la tolérance…. en tout cas en Europe. Donc alors qu’on avait de fantastiques choses en verre, formées et adaptées, qu’utilise t’on au moyen age?

Ben ça:

Oui oui, c’est une corne, avec deux bêtes trous. Et là, si vous avez été attentif, cette image vous dit quelque chose. Oui, c’est ce qu’on voit sur la gravure qui me sert d’illustration de début d’article. Vous pouvez aller y rejeter un oeil. On voit donc une maman qui donne le bibcorne à un petit. Si je me permettais une légende à la Kisbuel, je dirais même « elle donne le biberon. Nous sommes tous témoins de la joie insensée qui l’étreint. »

Donc au moyen age, on utilise des cornes percées. J’ose pas imaginer le merdier que ça doit etre a nettoyer. Aprés, comme je le disais plus haut le moyen age n’est pas connu pour son hygiene irréprochable. Et là on commence a se dire que la mortalité infantile doit être un peu une conséquence de cela.

Il faut savoir que le lait pourrissait à l’intérieur, et finissait la plupart du temps en maladie de bouches (souvent mortelles). Au XVIIIeme siècle, on recommande donc de mettre les enfants directement au pis des ânesses, ou des brebis, pour éviter ces infections et maladies. J’espère que les animaux étaient dociles.

Bon, aprés, on commence à en fabriquer. Alors je ne sais pas si ils sont plus agréables que la corne ( qui a quand même l’avantage d’etre douce et conductible de chaleur un minimum) mais en tout cas, ça commence a avoir un peu de gueule faut l’avouer:

Et encore! Celui là est en étain ( j’ai bien lu la légende) mais il y en a en verre! Et autant de nos jours, le bib’ en verre ne casse pas forcément, (pis on peut toujours aller en racheter) autant à l’époque, c’était pas la même histoire….et vu que c’était à chaque fois fait à la main, ben pour en avoir un nouveau, c’était pas la joie non plus. Je me permet d’attirer a nouveau votre attention sur le fait que ça doit être une merde terrible à nettoyer…

Il y en a eu aussi en poterie, et même plus tard, en verre donc:

Alors c’est sur qu’avec une tétine c’est bien mieux! Vous remarquerez que sur cette réclame on vend aussi des tire laits, qui ne sont pas très loin des nôtres. (« pour extraire le lait sans douleur et le faire téter immédiatement à l’enfant » )

Alors voila, on a donc vu que les bib’, c’est pas quelque chose de nouveau. En fait on peut même dire qu’on à quand même vachement progressé… maintenant, niveau hygiène, c’est quand même autre chose.  Niveau praticité aussi. Et puis une tétine…..je pense que c’est plus agréable qu’une forme en étain. (d’ailleurs l’étain, ça à un sale gout quand même…) Donc, oui, de tout temps, on a voulu trouver un autre moyen que l’allaitement au sein.

Vous pensiez que l’article était fini? Non, le plus incroyable arrive. Parce qu’il faut bien mettre quelque chose dans ces cornes non?

Ben quoi, on ne met pas du lait dans les cornes?

Eh ben…. pas forcément.

Déjà pour le coté pratique: à la campagne, il faut travailler aux champs. Et comme dans notre culture, porter avec nous les enfants c’est pas trop ça, la lactation, parfois se tarit. Par fatigue, ou manque de tétées quotidiennes. Pour les riches c’est différent: c’est source de contrainte. On veut pouvoir recevoir ses amis, sortir, et continuer a vaquer a ses occupations tranquillement. Pourtant, on essaye d’allaiter, parce qu’on pense que ça transmet les caractères des parents.

Mais déja, on allaite pas au début.

Oui oui les premiers jours, ou la première semaine, on allaite pas. Parce qu’on considère que ce premier lait, bizarroïde, le colostrum est souillé par l’accouchement. Donc, on le laisse filer, quelle perte! Encore une raison de plus à la mortalité infantile…  Mais vous allez voir, ce n’est pas pour ça qu’on ne donne rien:

Il est noté dans des registres d’endroit ou les femmes accouchaient que des poêlons sont préts pour préparer bouillies et « papins » ( l’autre nom des bouillies) donc bien dés les premiers jours.

Si le bébé réclame trop, trop souvent, ou pleure à répétition (ce qui pourrait par exemple être le signe d’un RGO) on lui donne…..de la bouillie. Et pas n’importe laquelle:  au XIIéme siècle, on  mélange du pavot blanc au lait. Pour les personnes de haut rang, il est à la mode au XVéme siècle de donner de « l’eau de mûre franche ». Un peu de vin aussi, coupé ou non à l’eau selon les régions, pour fortifier.

Pour que le bébé grandisse plus vite et soit plus gros (signe de bonne santé) on lui donne du pain macéré dans du miel, ou de l’huile. Je vous laisse imaginer le bon gout de cette deuxième mixture. On à tendance à penser que plus vite l’enfant à un certain poids, plus vite il est « hors de danger » ( un quart des enfants meurent avant un an….j’ai envie de dire, on se demande pas pourquoi… :/ )

Quand on donne du lait d’animal, c’est a contrecœur, parce qu’on pense que cela transmet de la « bestialité » aux enfants. D’ailleurs, on ne donne pas de lait de vache, jugé indigeste, mais du lait de chèvre, et toujours bouilli. Sur ce point je ne sais pas trop pourquoi, vu qu’a l’époque on ne connait pas le principe de la stérilisation. Si il n’y a pas de chévre, on utilise du lait de brebis, ou même d’ânesse.

Le sevrage se fait parfois dés que l’enfant à ces premières dents. Et là j’ai envie de dire, il vaux mieux les avoir le plus tard possible … C’est parti pour les bouillies de farines, de lait et de fromages, ou carrément de la farine cuite. Miam!

Si le petit n’en veux pas, on le force. Il y à des écris qui montrent que certaines personnes s’offusquent de voir des mères « gaver leurs enfants pour leur faire prendre gras ». Encore une fois il faut vite se dépêcher de lui faire prendre du poids.

Une autre anecdote qui est amusante, c’est qu’on donne des aliments « ressemblants » à l’évolution du petit. Par exemple, jusqu’à 7 ans, il est noté dans des traités qu’il ne faut leur donner que des choses « jeunes » comme des poussins, des oeufs, de la viande de jeunes animaux…. comme si un petit, ne pouvait donc manger que du « petit ».

Finalement, moi je dis vive Gallia

J’aurais jamais pensé dire ça, mais franchement, je dis merci les laits artificiels. Oui, c’est sur qu’il y a de l’huile de palme dedans. C’est sur qu’ils sont vachement moins bien que le lait maternel, je suis d’accord à 100%. D’ailleurs pour ceux qui suivent pas trop, j’allaite toujours ma déesse à 8 mois bientôt 9, et je ne compte pas m’arrêter.

Mais je pense que maintenant que vous savez d’ou on vient, finalement, pouvoir préparer une nourriture qui est un peu approchante de ce qui est bon pour eux, c’est quand même un sacré progrès.

Oui l’allaitement est meilleur que le lait artificiel. Mais le lait artificiel, c’est quand même mieux que de gaver (oui, comme une oie) son bébé de pain-miel-vin en espérant qu’il grossisse le plus vite possible. Je reste sur la position que l’allaitement devrai au moins être essayé avant de choisir le lait artificiel. Mais comme de toute manière, un monde d’enfants tous allaités n’est pas possible, je trouve qu’on est quand même pas si mal lotis que ça.

Non?

Advertisements

26 réflexions sur “Avant blédina et nestlé, c’était quand même pas la grosse folie…

  1. Pour reprendre la phrase d’ouverture de l’article “L’allaitement, c’est naturel, comment vous croyez qu’ils faisaient avant?” il faudrait aussi rajouter qu’avant quand une maman ne pouvait pas allaiter / avait des soucis de santé etc etc ETC il y avait l’entraide pour allaiter l’enfant (Du genre dans le livre l’enfant de la terre dont la plupart des événements tiennent au plus près de la réalité [enfin avec les éléments qu’ils ont actuellement ^^] Ayla a plusieurs fois nourrit l’enfant d’une autre, ou laisser sa fille à une autre maman lorsqu’elle ne pouvait pas allaiter.

    Ah pis il y a aussi eu les « mères nourricières » (Je suis pas sûre de l’orthographe…)

    Bref, j’aime beaucoup ton article 😀

    • Oui il y a aussi un article sur « l’allaitement mercenaire » en route 🙂 oui oui mercenaire, c’est le terme « officiel » :)))

      c’est sur qu’a l’époque, allaiter l’enfant d’un autre n’etait pas choquant. Et encore moins dans d’autres contrées. Et même un jour je vous verrai un article sur l’allaitement des personnes agées dans certaines tribus 🙂

  2. comme d’hab un super article et je me coucherais moins conne ce soir!!
    bébé je ne supportais pas le lait ma mère me donnait du lait gloria avec du miel et de l’eau …. on se demande pourquoi jsuis une grosse paupiette aujourd’hui!!!

    et comme je vomissais H24 à 3 mois je mangeais de tout viande légume camembert ….

    oui c’est vrai que les laits artificiels ont sauvés des vies et que c’est une grande aide pour bcp bcp de petits.

    tiens j’avais lu ça c’est pas mal aussi !!

    http://www.esraonline.com/index.php?pagination=view_article&id=520
    et
    http://www.esraonline.com/index.php?pagination=view_article_felicitations&id=521

  3. Article a faire lire aux mamans allaitantes qui ne st pas tres ouvertes d esprit et qui elle font le bien et les autres le mal. Tres bel article tres instructif.

  4. Très intéressant comme article… J’ai appris des trucs 🙂
    Merci Olympusmom !
    Par contre je me permets juste une ptite indication (car ça revient souvent) : tous les laits artificiels ne contiennent pas forcément de l’huile de palme ou autres… Les laits artificiels bio sont pour la plupart bien « conçus » et dans la liste des ingrédients beaucoup moins de choses que dans les non bio et entre autres 0 huile de palme. Voilà c’est tout 😉

  5. Très intéressante cette chronologie…le Moyen-Age est de toute façon une horreur quel que soit le sujet abordé, régressions tous azimuts, merci l’Eglise.

    Par contre, je ne crois pas que le discours général dans la question de l’allaitement/non-allaitement soit « avant Gallia, tout le monde était obligé d’allaiter » mais plutôt « avant Gallia, le bébé devait téter sa mère – ou une nourrice – pour avoir une nourriture « secure » sans quoi ses chances de survie étaient quasi inexistantes ». CF les données historiques ahurissantes de mortalité infantile (forcément liée, vu les usages) et les quelques apartés que tu glisses dans ton texte. Encore heureux que la science ait permis d’arriver à quelque chose de suffisamment élaboré pour ne plus tuer les bébés à la quatrième tétée…Enfin tout ça pour dire qu’ il me semble que globalement c’est plutôt « Avant Gallia, le non-allaitement signait l’arrêt de mort du bébé dans la majorité des cas », et en ce sens effectivement, heureusement que Gallia est là puisque comme tu le dis, un monde 100% allaitement n’existera pas (ne serait-ce qu’en raison des cas d’incapacité réelle), et donc il faut bien une alternative.

    Je crois aussi qu’il faut relativiser la question de « depuis l’Antiquité »: la période qui nous sépare de l’Antiquité est bien plus courte que les milliers d’années d’évolution de l’homme qui l’ont précédée. Il me semble assez logique de considérer que la recherche du non-allaitement chez l’Homme correspond à la constitution des civilisations, l’apparition de l’ordre moral et des convenances, je ne suis donc pas surprise que l’Antiquité propose déjà des alternatives. Avant la civilisation et la sédentarisation de l’espèce humaine, pendant ces milliers d’années d’évolution, il serait intéressant de trouver des données sur le sujet: matériel de substitution retrouvé en archéo par exemple (et s’il n’y en a pas, quelles conclusions en tirer).

    Et sinon il me semble que dans les année 1800, le corps médical était persuadé que le colostrum n’était ni plus ni moins que du pus, et il était donc là aussi jeté dès l’écoulement. Avec ce qu’on sait aujourd’hui, c’est quand même balot :/

  6. Merci à toi pour cet article très intéressant… J’en ai appris des choses, et pourtant, j’en sais pas mal sur l’allaitement. Mais beaucoup moins sur le moyen âge!!
    Je transfère à quelques amies 🙂

  7. Olympusmom merci, c’est super intéressant. Moi aussi, j’ai utilisé cette phrase, à tord donc !

    Working mama, si réellement tous les bébés non allaité mourraient, la plupart des mamans auraient allaités, sauf cas d’incapacité réelle comme tu le dis. Si des alternatives ont existé depuis des siècles, c’est certainement parce qu’ils permettaient quand même la survit des enfants. J’ai pas fais de recherches aussi poussées que olympus mom, pour autant, ça me parait une déduction logique. ça devait marcher un minimum. Dans le monde animal (du moins l’experience chiens, chats, cheval que j’en ai), il arrive plus souvent qu’on ne le crois qu’une mère rejette ses petits, ne sache pas les nourrir, dans ces cas, sans aide humaine, ils meurent. Nous, on trouve des alternatives, mais à l’aube de l’humanité, les bébés ne vivaient tout simplement pas.

    Olympus mom, j’attends avec impatience l’article sur l’allaitement mercenaire, ça m’intéresse !

    • Je n’ai pas dit tous, j’ai dit une grosse partie 🙂 Et à mon avis, non, ça n’aurait rien changé, car il semble assez clair au vu des moyens employés pour nourrir les bébés autrement qu’au sein aux différentes époques qu’ils ne faisaient pas le lien entre la méthode d’administration du lait/de la nourriture solide et la mortalité, notamment dans le cas des contenants comme ceux où le lait pourrissait à l’intérieur pour ensuite empoisonner le bébé à coup de lystéria et autres joyeusetés…
      Je pense, mais après faudrait pousser plus loin, avoir des chiffres, des sources, que seuls les plus résistants survivaient, simplement, face à l’attaque ahurissante de bactéries générée par le non-allaitement. Après, effectivement ça mériterait effectivement des recherches pointues pour être confirmé ou pas.

      Tout à fait d’accord cela dit avec le fait que les femelles mammifères peuvent rejeter leurs petits.

  8. Gloups.
    C’est dommage, tu dis lutter contre les préjugés, et pourtant tu craques à deux doigts du bol de sangria.
    C’est un méga gros cliché que de dire qu’il n’y avait pas d’hygiène au Moyen-Age. Des étuves (sûrement héritées des thermes romains) étaient très nombreux au XIVème, dans de nombreuses villes. Ce n’est que plus tard que la médecine se méfie de l’eau (la dilatation des pores laisserait passer les impuretés).
    Quant à la tolérance, les femmes même mariées avaient le droit d’exercer de nombreux métiers. Elles possédaient même le droit de vote dans les assemblées…

    C’est dommage qu’on associe toujours le Moyen-Age à une période d’obscurantisme. Et l’art roman ? Et la naissance des universités ? Et la redécouverte des auteurs grecs et latins ? Et François Villon ????

    Mes sources ? 150 idées reçues sur l’histoire. Je te le recommande…

    • indépendement des clichés, c’est pas moi qui invente qu’au moyen age, on avait des « riviéres » d’eaux sales au milieu des rues… même les riches avaient rarement l’eau courante.. niveau tolérance, c’est moins le moyen age que la chrétienté qui a amené son lot d’intolérance et de clichés négatifs…. sur l’homosexualité, sur les ‘sorciéres » qualificatif donc les femmes qui ne se comportaient pas comme les autres étaient affublées.
      Quand on regarde l’antiquité et le moyen age, on ne peux pas vraiment dire qu’il y ai eu une progression… même tu me parles de l’art roman, c’est un art uniquement au service de dieu, d’ailleur les artistes n’avaient pas le droit de signer leurs oeuvres, le droit de l’individu était tout relatif, et en tout cas s’éffacait vis a vis de la communauté.
      J’aimerai que tu me dise de quel pays tu parles pour le droit de vote dans des assemblées ( c’est trés vague, quel type d’assemblé? dans quel but? avec quel pouvoir?) parce qu’a l’époque, même pour les hommes, les assemblées avec des « droits de votes » sont quand meme assez rares…

      • Je réponds un peu tard sur le Moyen Age, mais comme François Villon est à l’extrême limite du Moyen Age, mais peut être considéré comme se rapportant à cette période. Mais surtout, puisque tu parles des sorcières, contrairement à une idée reçue, les grandes chasses aux sorcières n’ont pas eu lieu au Moyen Age mais à la Renaissance. La grande période se situe entre 1580 et 1630. Il est d’ailleurs intéressant de mettre ces chasses aux sorcières en parallèle avec le développement de la médecine et surtout de la gynécologie quand on sait que la majorité des femmes accusées de sorcellerie étaient des sages femmes et des guérisseuses.
        Par ailleurs, je pense qu’il est hasardeux de catégoriser de façon radicale le Moyen Age. Il faut bien garder à l’esprit que le Moyen Age s’étend sur une période de 1000 ans. Le Moyen Age n’est pas une période monolithique, pas plus que l’Antiquité ou l’époque moderne.
        Et concernant l’hygiène, la Renaissance ne s’illustre pas non plus par un grand hygiènisme. Il suffit de penser aux récits du précepteur de Louis XIII qui décrit dans quelles couches de crasse est élevé le jeune roi.
        Enfin, sur le fait que l’art roman soit au service de Dieu, c’est incontestable, mais la figure de l’artiste en tant qu’individu ne me semble pas exister non plus sous l’Antiquité.

  9. « Je reste sur la position que l’allaitement devrai au moins être essayé avant de choisir le lait artificiel. »
    Je plussoie !
    J’ai dit ça à ma meilleure amie qui pensait allaitement = aliénation de la mère à son enfant.
    Elle a allaité jusqu’au un an de son fils. Elle aurait bien continué mais son mari n’en pouvait plus de voir sa femme en nourricière et non en amante. Mais ça c’est un autre débat.

  10. c’est vrai que voir un autre bébé au sein sa choque…. Pourtant je me rappel un jour devoir aller a l’hopital pour mon grand, j’était bien contente d’avoir une amie allaitante (nos bout ayant que quelques semaines d’écart) sous le bras pour me garder la puce. c’était limite normal, c’est dommage que ca aussi soit devenu choquant.

  11. Très instructif! De mon coté, j’ai appris très recemment que Mr Nestlé était un pharmacien suisse qui, traumatisé par la mort de plusieur de ses petits frères et soeurs, voulait trouver un moyen contre la malnutrition. Comme quoi, l’intention est louable!

  12. Allez, une petite information en plus pour pourrir le 18eme siècle: les femmes de « la haute » n’allaitaient pas car leur lait était « vicié » si elles avaient une activité sexuelle. C’est donc une nourrice (qui elles étaient donc payé pour faire abstinence) et donner le bon lolo bien pur 🙂
    L’être humain ne cessera jamais de me faire rêver en ce qui concerne les moult croyances dont il s’est fait prisonnier!

  13. Pingback: Je ne suis plus une militante. « OlympusMom Magazine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s