Archives de tags | travail

« Passe ton bac d’abord! »

Aujourd’hui, le bac, c’est plus comme avant. Y a un moment, avoir le bac, c’était décrocher le saint Graal quasiment. Le sésame qui t’ouvrirait les portes du travail, qui te différenciait de ceux qui ne l’avaient pas. Bon, aujourd’hui encore, hein. Mais maintenant, avec le bac, t’as pas grand chose. T’es un peu condamné à faire avec. Comme dirait Perceval, on est à la merci sans rien derrière.

Du coup, le bac c’est une étape, un jalon, en tout cas pour ceux et celles qui veulent faire des études supérieures. Ceux qui s’arrêtent au bac, à priori, vont en chier, j’en sais quelque chose. Mais il y a une autre voie, celle de l’apprentissage. Magnifique l’apprentissage. Apprendre un métier manuel, commencer à travailler, faire quelque chose de concret plutôt que de rester sur les bancs de l’école. C’est hyper motivant, et si la déesse veut prendre cette voie, je serais à 100% derrière elle.

Oui, mais elle passera son bac d’abord.

Lire la suite

Publicités

Damned! Sacrebleu! J’ai été taggée!

Alors voila voila, un petit article sans conséquences aujourd’hui, en plus voila on est dimanche, donc c’est tranquille relax aujourd’hui. Je vais pas vous prendre le chou avec des machins technico-médico-coupdegueulo-poétique, non, pour la simple et bonne raison que j’ai été taguée par Loupy de « je vois rose » , et vu qu’il parait que si je réponds pas, mes cheveux vont tomber, ma famille sera maudite sur 100 générations (après, on dis pas depuis quand ça commence hein) je ne trouverai plus que des chips non aromatisées au supermarché, et je le looterai jamais les montures que je farme (Minuuuiiittt vient a moaaaa).

Lire la suite

Aujourd’hui, j’aurais du t’abandonner

Aujourd’hui, j’aurais du me lever pour autre chose que T’embrasser. Aujourd’hui, j’aurais du Te laisser. Aujourd’hui, j’aurais du finir de te sevrer. Aujourd’hui, j’aurais du être soulagée et heureuse de retrouver « ma liberté ». Aujourd’hui, j’aurais du me féliciter de ne plus avoir à être une femme au foyer. Aujourd’hui, j’aurais du, pimpante et enjouée, retourner travailler.

Lire la suite