« Alors t’as quoi comme devoirs? »

5 jours de travail par semaine.  Embauche à 8h30, sortie à 16h30, sauf le samedi. A la semaine,  ca fait quand même presque 30h de cours, et si on compte le temps passé à l’école, ça fait 35 par semaine.

Ça fait beaucoup quand même déjà.

Et puis le soir, rebelote, il faut recommencer, sortir les cahiers, faire des devoirs. Pour peu que l’école soit a une bonne demi heure de la maison, on a fini de travailler a 18h. Aprés y a le bain, faut aller manger. Et pas se coucher trop tard.

Ah zut alors, en fait il faut attendre le week end pour avoir le droit d’être un enfant!

Alors vous l’aurez compris, je suis contre les devoirs à la maison. Mais je précise avant de démarrer mon article que je parle ici des enfants qui sont en primaire essentiellement. Après, mes réflexions sont peut être applicables au collège, mais ne le sont plus au lycée. On va dire qu’au collège, pour moi, on devrai commencer à introduire les devoirs à la maison. Introduire. C’est a dire préparer à l’autonomie et à la prise de responsabilité du lycée. Et non pas gaver les élèves de devoirs à leur arrivée au collège.

Le primaire

Le primaire, le petit à moins de 10 ans. C’est encore un petit, justement. Il à besoin de découverte, de s’évader, de bouger, de courir, de s’amuser aussi tout simplement. Hors dans la facon de faire actuelle, il fait ça quand? Faut quand même étre réalistes et se rendre compte que déjà, tenir toute la journée assis sur un banc à rester concentré sur un prof pas toujours passionant ( enfin, ça c’est autre chose ^^ ) c’est un exploit à cet age la.  Et même si le prof est super génial, et que le temps passe vite, un gamin, ça à besoin de jouer.

Alors oui, y a la récré.

Certes.

Enfin, bon, c’est quand même super variable selon les endroits, moi j’ai eu parfois une demi heure, parfois 10 minutes, ça dépendait vraiment de la motivation des instits (et de la taille de leur café ). Quand bien même ça serait une demi heure matin et aprés midi. Une heure pour se défouler dans la journée c’est quand même pas bezef.

Quand on est gosse, que l’école est finie, mais qu’on sait, que dans ce lourd cartable il y a un exercice tout pourri à completer (pour les plus chanceux), à recopier en bouchant les trous ( qu’est ce que c’est long et horrible ces trucs là ) ou pire encore, un exercice à faire, dont on sait trés bien qu’on va en chier notre race avoir du mal parce qu’on à pas compris comment ça marchait, les fractions, et ben la soirée, elle est déjà pourrie.

Non, non, et re non, un enfant, (pas un pré ado) ce n’est pas fait pour rester assis pendant des heures concentré sur un sujet relativement abstrait. Non, un enfant, ça a besoin d’autre chose. Et si il réussi à être « discipliné » à l’école, il ne faut pas oublier que le soir, c’est la soupape de sécurité, alors qu’on à tendance plutôt à appliquer la double peine.

Non, le soir un gamin ça a besoin de se détendre de sa journée, de se poser tranquille dans son coin, de courir partout, de jouer à ce qu’il veut, mais de faire surtout quelque chose de non contrôlé, de non « utile » quelque chose juste pour lui, sur lequel il aura pas a rendre de compte.

Les parents c’est pas des profs.

Oui parce que moi par exemple quand j’avais pas compris un truc, mon père ou m mère m’expliquaient. M’aidaient à apprendre mes leçons. Me faisaient réciter. Donc, même si ça me saoulait grave, ben au final, les devoirs étaient fait, et a peut prés bien.

Mais pour ceux dont les parents ne peuvent pas? Pour diverses raisons, hein. Genre il sont pas la. Ils travaillent. Ou bien, eux même n’ont pas eu cette éducation la, et vont ramer en se sentant un peu mal vis à vis de leurs enfants qu’ils ne peuvent pas aider! On à bien besoin de ça en tant que parents  tiens, se faire culpabiliser, parce qu’on panne plus rien du tout à la géométrie.

Et on arrive à des cas ou c’est les parents, au final qui ont « fait les devoirs » et des enfants qui ont pas plus compris.

Et pis avec la déesse j’ai envie de faire autre chose que réciter des machins. Avec la déesse, je veux jouer, aller voir des musées, se balader et apprendre à reconnaître les arbres, apprendre à dessiner, regarder des dessins animés débiles en buvant du chocolat chaud, faire des gâteaux, aller chercher papa qui sort du travail, courir dans la boue, sous la pluie, BREF,  tout sauf l’engueuler parce qu’elle à pas retenu par coeur la page machin du bouquin sur truc.

L’école c’est l’école, la maison, c’est la maison.

Je pense que la vie, c’est pas que l’école, et qu’il y a beaucoup d’autres choses à faire et à apprendre.

Le coté éducatif est grandement discuté

Tout simplement parce que si tu as rien panné en cours, y a peu de chance que tu arrives à faire l’exercice déjà, et beaucoup de chance qu’il soit faux. Et si tu as compris, et que tu le fais juste, ben, vu que tu avais déjà compris, je vois pas bien l’intérêt du machin.

Non, les devoirs à la maison ne font pas comprendre les choses. C’est le rôle du prof. C’est la synergie de la classe qui fait ça. C’est pouvoir poser des questions en cours, c’est pouvoir avoir en face de soi quelqu’un qui va ré expliquer.

Par exemple, le « aujourd’hui Paul [avoir/faire] un gateau »  « Hier Paul [avoir/faire] un gateau » veuillez réecrire la phrase avec les verbes conjugés,  c’est le sommet de l’exercice inutile. Si tu as compris comme ça marche ça te saoule grave parce que c’est facile. Tu recopies 25 phrases idiotes du même genre.  Si tu as rien compris, ben….tu as rien compris. Tu es avec ton « avoir/faire » et soit tu met des trucs au pif, soit tu passes une heure à essayer de chercher, soit tu demandes à tes parents, qui aprés un peu de patience finissent par te dire que c’est « a fait » et pis voila que c’est pas compliqué quand même.

L’éducation, c’est expliquer. C’est pas recopier un machin jusqu’à comprendre ( en espérant que ça marche en plus), en imaginant que BOUM d’un coup, magie des devoirs, on va tout comprendre d’un coup.

De toute façon c’est hors la loi.

C’est quand même la super excuse hein, mais c’est vrai. La loi interdit les devoirs à la maison.

« Six heures de classe bien employées constituent un maximum

[…] En conséquence, aucun devoir écrit, soit obligatoire, soit facultatif, ne sera demandé aux élèves hors de la classe. Cette prescription a un caractère impératif et les inspecteurs départementaux de l’enseignement du premier degré sont invités à veiller à son application stricte. »

C’est on ne peux plus clair.

Sauf que c’est pas fait ni appliqué du tout.

Laissons les rêver

A 6 ans, ils ont déjà des horaires de grands. Se lèvent tôt. Et doivent encore le soir remettre ça. Moi quand je rentre du boulot, j’ai pas de travail a la maison. Et heureusement. Parce que j’ai besoin de souffler. J’ai besoin de m’évader. J’ai besoin de me vider la tête.

Arrêtons de vouloir l’excellence à tout prix. Et les devoirs à la maison ne rendent pas meilleur un enfant, ne le rendent pas plus intelligent, ou avec une meilleure moyenne.

C’est comme pour le sport, hein.

On nous dit qu’au début, faut en faire doucement, et pas tout les jours de la semaine. Parce que notre corps à besoin de repos. Il lui faut du temps pour assimiler les choses. C’est pareil pour l’esprit. C’est pas en en bourrant le plus possible dans leurs cranes qu’on va en faire des super doués qui auront un super travail de la mort qui tue.

Moi, la déesse mon objectif ultime, c’est qu’elle soit bien dans sa peau. Pas qu’elle soit bonne à l’école. Si elle déchire tout, tant mieux! Mais son bonheur et son bien être restent une priorité pour moi.

Et pour ça, il faut un peu sortir la tête des règles de grammaire, des dates d’histoire, et des hypothèses de mathématique.

 

Vous avez aimé? Votez pour moi!

Publicités

14 réflexions sur “« Alors t’as quoi comme devoirs? »

  1. je me retrouve totalement dans tes propos.. encore un article bien écrit 🙂
    Ma fille a eu la chance jusqu’à présent de n’avoir que très peu de devoirs en classe par rapport à d’autres classes ( elle est en CE2 ) , elle a parfois des poésies à apprendre et à illustrer, des petites dictées pour reprendre les notions vues en classe mais rien de bien méchant….ça ne dure pas et ils sont donnés une semaine à l’avance donc ça laisse le temps de voir venir…..ses instit’ nous on toujours dis qu’ils estimaient les faire beaucoup bosser en classe, c’est leur rôle, donc à la maison c’est détente et repos …voilà les enfants ont des heures pour travailler mais ça reste des enfants faut laisser place à autre chose et je suis d’accord quand tu parles d’autres moyens d’apprentissage, la nature, la vie tout simplement…y’a pas que le scolaire!
    je tiens à dire que je connais quand même des parents qui estiment que leurs enfants n’ont pas assez de devoirs et leur en collent après l’école et le week end parce que sinon leurs enfants vont pas assurer ….faute à l’instit’ qui en donne pas assez…pffff….( et certains ont commencé dès la maternelle…..oui oui c’est pas une blague…)

  2. je viens d’aller lire ton billet sur ce pauvre gosse….j’en ai la chair de poule tellement ça m’a émue…comment on peut être à ce point insensible au bonheur de son enfant…je pensais que ce genre d’histoire on en trouvait que dans les films qui nous montrent parfois la vie de ces gens friqués….et bien si c’est ça pour eux la vie qu’ils la gardent..mais surtout qu’ils continent de vivre pour eux et qu’ils ne fassent pas de gosses si c’est pour les rendre malheureux….et les câlins dans tous ça? et les histoires le soir? y’a aussi un prof qui vient lui lire? désolé ça me rend dingue ..et je n’imagine même pas ce que tu as du ressentir pendant cette période…je l’ai lu mais le vivre est tout autre chose….en tout cas tu as su donner de ton temps et plus encore à cet enfant et je suis sûre qu’il se souviendra de toi toute sa vie!

  3. Je suis totalement d’accord sur le principe, mais tu sais toi même que dans la réalité, ca ne ferait que creuser les écarts.. tu as connu cette famille de tarés qui pressaient leur citron de gamin… ce ne sont malheureusement pas les seuls, et même sans pousser le vice et la culture de la rentabilité aussi loin que ca, dans un monde d’enfants sans devoirs, il y aura forcément un monde d’enfants issus de familles aisées avec des devoirs. Et cela ne fera que creuser d’avantage le fossé entre les enfants modestes ou pauvres, avec des parents qui n’ont peut-être pas fait de longues études et qui ne pourront pas les soutenir, et les enfants de familles plus aisées qui auront accès à des profs particuliers… Donner des devoirs gratuitement, ca permet au moins à chacun, quelque soit son milieu, de s’exercer un peu, et de voir « au calme » ce qu’il n’a peut-être pas compris dans la journée, pour en parler avec son prof le lendemain. Il y aura toujours des écarts entre les gamins issus de classe socio-économiques différentes.. mais tant qu’à faire, autant essayer de mettre au maximum tous les enfants sur un même pied d’égalité dès le départ.

    • justement pour moi, apprendre a l’école, avec le meme professeur, les memes programmes c’est l’égalité.
      Vouloir donner des devoirs a tout le monde, en imaginant que ca va pas faire des inégalités entre ceux qui seront aidés et ceux qui ne le seront pas, c’est naif.

      Pour moi, c’est a l’école, dans les mêmes conditions qu’on éfface les inégalités.

  4. + 1 000 000 000 000 … etc

    Par contre moi j’adorais mes cahiers de vacances mais bon c’est pas pareil , c’est retrouver un peu d’école pendant les vacances, a toute petite dose. Mais les devoirs ca a toujours été ma bête noire…
    Puis surtout les engeulades qui les accompagnaient si je me plantais ou si je n’y arrivais pas, ou quand je les avais oubliés … c’était très stressant ! Je pense aussi essayer de trouver des écoles « alternatives » qui pourraient épargner Tim a ce niveau. bon article 🙂

    ps toujours de photos dsl mais j’essaie d’y penser demain :p

  5. Hey!
    Article très interressant, tes arguments sont très justes. Et, tu sais, je suis enseignante en primaire depuis 4 ans.
    Juste un petit truc, les enfants n’ont pas classe 5 jours par semaine mais 4. Ce qui ne donne « que » 24h de classe.
    Mais, oui, les devoirs écrits sont interdits par la loi. Je précise bien écrits parce que, je suis désolée, mais l’apprentissage des leçons doit se faire à la maison; Et autant il y a des choses qui peuvent s’apprendre en classe grâce à la répétition des tâches, autant il y en a d’autres qui nécessitent un par coeur bête et méchant (les tables de multiplication, par exemple! 😉 ). Et le temps de l’école ne peut servir à ça.
    Ceci dit, certains devoirs écrits, peuvent, parfois aider les enfants à se souvenir de ce qu’ils ont dû apprendre il y a X semaines/mois.
    Donner quelques opérations / verbes à conjuguer de temps en temps, c’est juste de l’entretien. Parce que leur dire « révisez la leçon n° 9 », généralement, ça ne les conduit pas réellement à le faire. Tandis qu’une trace écrite, ça se vérifie facilement.

    En 4 ans, j’ai connu 8 écoles différentes (je suis sur un poste fractionné, je complète les temps partiels et les décharges de directions). Je n’ai rencontré aucun enseignant qui donnait des devoirs écrits. Après, c’est vrai qu’ils avaient 15 ans de métier maximum et que, quand même, le mantra « pas de devoirs à la maison » est bien répété depuis quelques années.
    Pour certains, c’est dur de ne pas céder à la pression des parents qui trouvent que « quand même, des devoirs ça ne peut que leur faire du bien! Après on s’étonne de la baisse de niveau des petits français!! » Parents qui, eux, justement seront derrière leurs enfants pour aider et corriger.
    Les enfants qui ne peuvent être aider par leurs parents, eux, ces parents bien pensants n’y songent pas. Limite si ce n’est pas du « tant pis pour eux, c’est leur problème ». Gerbant.

    Bref, tout ça pour dire que, oui, pas de devoirs à la maison! Mais faut quand même apprendre ses leçons! (et que je crois qu’il y a assez peu d’enseignants qui en donnent).

    • autant je pense que relire la lecon qu’on a vu en classe oui pourquoi pas, mais des exercices et encore des exercices, qui parfois sont trés longs, c’est trop … et le probleme des parents qui en réclament, comme si on ne pouvait apprendre qu’avec des devoirs…

    • Bonsoir Marion, je ne sais pas où tu enseignes mais visiblement autour de chez toi les profs sont plus en règle avec la loi que là où j’enseigne. Dans chaque école primaire que j’ai fréquentée, tous les profs donnaient des devoirs, même en ZEP lourde. Depuis que j’ai eu des postes fixes, j’ai toujours demandé des mater à cause de ça entre autre. Concernant les leçons, je confirme tes propos. Malheureusement, je soumets une question qui n’est peut-être qu’un avis purement personnel. Quand j’étais en primaire, je trouvais bien plus facile et rapide (donc moins « énergivore ») de faire un « bête » exercice d’application que d’apprendre 4 feuille A4 recto-verso de leçon d’histoire (ou autre apprentissage par coeur). Bon je reconnais que j’ai une mémoire exécrable. Mais cela me prenait au mois 2h par page (sans doute aussi parce que ça ne m’intéressait absolument pas). Alors je me pose la question de l’intérêt d’un apprentissage par coeur que les enfants (moi la première mais je sais ne pas être la seule, loin s’en faut!) se dépêchent d’oublier (peut-être à part les tables et les règles de français car on les utilise tout le temps). Franchement, j’ai appris l’histoire bien plus tard quand je m’y suis intéressé personnellement. Et pour ça, il suffit d’ouvrir n’importe quel livre. Pourquoi s’encombrer la tête ? Qu’en pensez-vous ?

  6. Je voudrais juste rapidement réagir au commentaire d’Elodie queje ne vois que maintenant:
    mais justement, ce sont les devoirs à la maison qui creusent les écarts!! Comment compter sur quelque chose qui se fait à la maison avec, pour certains, de l’aide, de la méthode, un prof particulier et pour d’autres, rien, le néant, le vide abyssal??!
    On ne peut pas, on ne doit pas.
    Ce qui se fait à la maison doit être, et uniquement être, du réinvestissement, du rappel facile, qui met tout le monde sur le même pied d’égalité! Que certaines familles creusent l’écart en payant des cours particuliers à leurs enfants, ok mais ça reste de l’enjeu privé.
    Que l’école participe à ce système parce qu’elle permet (et même demande!) à certains enfants de construire des savoirs chez eux tout en sachant très bien que des parents le feront mieux que d’autres, non.
    Le pied d’égalité, je crois qu’il est justement dans l’absence d’attente de rendus venant de la maison.

  7. J’ai le même souci que toi (alors que je suis instit’ !). Je me sens aussi comme prise au piège. C’est viscérale, je ne VEUX PAS que mes filles passent des soirées à bosser, pleurer, s’énerver…, des week-end à appréhender à chaque heure qui passe et les rapproche du contrôle d’histoire du lundi… Je ne veux pas de cette école qui les stresse et leur vole leur enfance. C’est ce que j’ai ressenti moi. J’ai eu l’impression de vivre avec une épée de Damoclès au dessus de ma tête de 6 ans à 23 ans quand j’ai commencé à travailler. Alors je n’ai pas encore pris fermement ma décision mais nous envisageons de mettre nos filles dans une école alternative qui respecte le rythme, les besoins, bref, la vie des enfants. Mais bien sûr cette école est privée… et ça me crève le coeur de ne pas les mettre dans le public, avec des enfants de tous horizons. Elles ne connaitraient alors que des gamins aisés (certes, dont les parents ont a priori les mêmes préoccupations que nous mais bon…), et vivront du coup dans une sorte de bulle idéale, où tout le monde « a de l’argent » et une vie somme toute facile. Et puis à tout ceci vient s’ajouter (en région parisienne en tout cas) le problème des statuts des écoles… Tel lycée est considéré comme mauvais donc ça ferme des portes pour les études sup’. Mais c’est le lycée de secteur donc après il faut demander des dérogations pour un autre lycée correctement « coté »… sauf qu’il est assailli de demandes… Alors il faudra que le dossier des filles soit béton… Et pour qu’il le soit, elles devront avoir fait un bon collège,etc. C’est comme ça qu’une amie a mis son petit dernier dans une école privée dès la maternelle car c’était la seule façon de lui assurer une place dans un collège correct !!! Dans quel monde vit-on ?

  8. Tu vois loin avec cet article !! Il reste du temps avant l’école 🙂 !

    De mon expérience perso d’écolière, après l’école, je restais de toute façon dans la classe de ma maman… donc je m’ennuyais, et j’aimais bien faire mes devoirs. Plus grande, j’ai été interne, et je m’ennuyais pendant les heures d’étude obligatoire tous les soirs… et j’aimais bien faire mes devoirs (et je pense que je n’en avais pas tant que ça). En tant que bonne élève, fille unique pendant très longtemps (et pas de copains à proximité), les devoirs, ça m’occupait.
    Mais en tant que maman, je ne me suis pas encore posé la question, et j’avoue que ton article me semble très sensé.

  9. Pingback: Mixités et tolérance | OlympusMom

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s