Archives de tags | bonheur

Trois mois aprés… [chronique d’un allaitement magnifique]

téléchargement (1)Dans trois jours, la déesse aura un an. On lui souhaitera son anniversaire avec une galette je pense, comme celle que j’ai mangée à la maternité, il n’y a pas si longtemps de ça…

Il n’y aura pas de tétée anniversaire, comme je me l’étais imaginée, et elle ne viendra pas me la réclamer en venant vers moi à quatre pattes comme elle le fait maintenant, notre allaitement s’est arrêté de manière brutale, certes, mais de son initiative à elle. ( vous pouvez lire ça <<ici>>

Trois mois après, nous avons un nouvel équilibre, une nouvelle façon de faire, et je ne regrette rien du tout.

Lire la suite

Publicités

La première fois…

La première fois que je la sais, elle n’est encore qu’une petite ligne;

La première fois que je la sens, je ne suis pas encore sur que c’est elle.

La première fois que je l’imagine, maintenant que je sais que c’est une fille.

La première fois que son papa la sent.

La première fois qu’on accroche des petits habits sur le séchoir à linge pour préparer la valise.

La première fois que j’ai peur pour elle.

Et puis, un jour, la première fois que nous la voyons.

Lire la suite

A toi qui biberonne.

J’allaite.

J’ai pu allaiter.

J’ai eu la chance de pouvoir être soutenue et de pouvoir allaiter.

J’ai eu la chance de pouvoir être soutenue, d’avoir une bonne équipe médicale autour des premiers jours de vie de la déesse afin de pouvoir allaiter.

J’ai du un peu me battre, certes, mais j’ai eu des gens qui m’ont dit que ça valait le coup, et j’ai pu allaiter.

J’ai un chéri merveilleux qui à fait tout ce qu’il pouvait pour m’y aider.

J’allaite, mais je sais que cette chance (oui cette chance) aurait très bien pu me « passer sous le nez ».

J’allaite encore aujourd’hui, mais j’aurai très bien pu, comme beaucoup d’entre vous qui me lisez, donner le biberon à la déesse. Lire la suite

<3 ou [attention, article guimauve]

C’est un peu étrange de se dire « aujourd’hui » je « fais quelque chose » pour chérimari. Parce que bon. C’est pas comme si j’attendais une date particulière dans l’année. Mais bon. On va dire que c’est l’occasion. C’est la bonne excuse pour essayer (encore plus que d’habitude) de lui faire plaisir.

Alors la, je me retrouve bien marron avec mon article. Parce que voila quoi. C’est LE gros cliché, mais les mots, c’est quand même sacrément maladroit pour parler vraiment de quelqu’un à qui on tient plus que tout. Les mots, c’est jamais que des concepts « neutres » qui resteront un peu handicapés face à certains sentiments.

Lire la suite

La première codo-sieste

Il est genre 14h, j’ai reussi a manger. Je suis vannée, je me suis occupée de la déesse toute la matinée et la nuit, je n’attend qu’une chose, qu’elle s’endorme, mais du bon sommeil du juste pour filer au lit illico et pioncer tout mon saoul à l’heure ou les honnêtes gens travaillent. Je fais un peu de rangement, tout en la zieutant avec espoir dans son parc, à jouer encore et encore.  Quand soudain, CA Y EST, les yeux qui clignotent, la tête devient lourde, ahahaha, j’ai gagné a l’usure la voila qui commence a piquer du nez. Ni une ni deux, je la sors de son parc, et je l’emmène doucement dans sa chambre. Un bisous, un mamantaime, et hop, dans la gigoteuse. Bon, encore un bisous, et je file. Comme d’hab. Dans notre chambre, à moi et chérimari.

Lire la suite

/s OUI! /kiss

[mariage]nm. Journée au cours de laquelle deux amoureux vont courir partout, ne pas avoir le temps de manger, ne pas connaitre/avoir envie de voir la moitié des gens qu’ils vont croiser, faire la chenille/la jarretiere/et 100 autres jeux débiles/, ne pas pouvoir s’éclipser en amoureux avant 6h du matin, avoir les félicitations de gens de plus en plus bourrés au fur et a mesure de la soirée, et ne pas avoir de vraie nuit de noces.

Ou pas. Démonstration.

Lire la suite

Allaiter, c’est prendre le temps de vivre.

La porte fenetre est grande ouverte, le soleil inonde la piece. La déesse est dans mes bras, elle me sourit.  On se balance doucement dans le beau fauteuil de geek de maman, tout en imitation cuir garantie. Le chat est vautré a mes pieds, avec son air placide; devant moi, les feuilles naissantes bruissent doucement dans la brise chaude de l’aprés midi. C’est un moment suspendu, ou le temps s’arrête, que je partage avec la déesse.

Lire la suite